64 000 commerçants de permanence pour l’Aïd El Adha : Un concept réussi mais à revoir | El Watan
toggle menu
samedi, 07 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191207


  • Massage Tunisie


64 000 commerçants de permanence pour l’Aïd El Adha : Un concept réussi mais à revoir

14 août 2019 à 8 h 30 min

Ils sont quelque 64 000 commerçants à être mobilisés pour assurer un service minimum aux citoyens durant ces deux jours de l’Aïd. Même si le ministère du Commerce, ainsi que les associations de commerçants évoquent un respect total de cette permanence, plusieurs citoyens dénoncent la mauvaise répartition des commerçants de permanence.

Pour les pouvoirs publics et l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA), l’opération de permanence a été réussie. Le taux de suivi serait de 90%. Alors que le ministère du Commerce n’a toujours pas donné de chiffres officiels, El Hadj Tahar Boulenouar, président de l’ANCA, annonce que plus de 63 000 commerçants concernés par cette réquisition ont ouvert leur boutique durant ces deux jours de fête. «A ce chiffre, s’ajoutent quelque 5000 autres commerçants volontaires, qui ont également travaillé, ce qui fait ainsi un chiffre global de 70 000 commerçants en activité durant cette période», lit-on dans le communiqué de l’ANCA, rendu public hier.

M. Boulenouar annonce également que durant ces deux jours, la demande sur les produits a diminué de près de 80%. La cause serait, selon lui, le fait que les citoyens ont fait leurs provisions avant la fête. «Toutefois, les prix des fruits et légumes ont connu une hausse vu la non-activité des agriculteurs.

Nous déplorons également une forte demande sur les stations-service et le transport urbain. L’offre et la demande sont en déséquilibre», ajoute le président de l’ANCA, qui revient sur la réussite de la permanence cette année, grâce, selon lui, à l’effort d’information du citoyen à travers la plateforme «Aswaq», mise en place par le ministère du Commerce. Toutefois, sur le terrain, la réalité est différente. Durant la matinée du deuxième jour de l’Aïd El Adha, les quelques boulangeries ouvertes de la capitale ont connu une affluence record.

Vers 11 h, des queues interminables se sont formées dans l’attente de quelques baguettes de pain. C’est ce que nous avons constaté dans le grand quartier populaire de Aïn Naâdja, commune de Birkhadem. Idem pour d’autres communes de la capitale, ainsi que dans les wilayas du Centre, telles que Blida et Tipasa. Même si la situation n’est pas aussi catastrophique que les années précédentes, les citoyens déplorent essentiellement le mauvais dispatching des commerçants concernés par cette permanence. Les associations de protection du consommateur vont encore plus loin, en refusant ce concept occasionnel. «Notre association n’a jamais approuvé le système de permanences prôné par le ministère du Commerce.

Nous avons toujours demandé à ce que la réglementation sur la permanence et le respect des horaires d’ouverture et de fermeture, ainsi que le respect du programme des jours de fermeture pour congés et autres jours fériés soit appliquée tout le long de l’année. On laisse les commerçants faire ce qu’ils veulent toute l’année, puis on veut les obliger à ouvrir les jours de l’Aïd, comme si les Algériens n’avaient besoin de la régularité d’ouverture des commerces que pendant l’Aïd», dénonce Hacène Menouar, président de l’association de protection du consommateur El Aman. Pour lui, le respect de l’ouverture des commerces durant ces deux jours est dû au fait que les commerçants œuvrent pour fuir la verbalisation sans pour autant avoir des produits à offrir à leurs clients. De plus, notre interlocuteur considère que l’Etat à omis un important détail : la durée de la permanence.

«Le calendrier de réquisition tracé par le ministère du Commerce a considéré les deux jours de l’Aïd, alors que la vie commerciale ne reprendra réellement que dimanche prochain.

Et puis, toute l’attention a été accentuée sur les boulangers et les épiciers, alors que les Algériens ont souffert des coupures d’eau et d’électricité pendant ces jours de l’Aïd, en plein mois d’août», ajoute-t-il, avant d’estimer que pour son association, les chiffres avancés ne signifient pas grand chose, du moment que le transport est perturbé, l’alimentation en eau potable et en électricité affectée et que dans plusieurs régions du pays, il a été déploré un manque remarquable sur la collecte des ordures et des peaux de moutons, contrairement aux promesses des autorités.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!