24 heures | El Watan
toggle menu
lundi, 17 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190617

24 heures

25 novembre 2018 à 7 h 56 min

Protection civile : Une quadragénaire mortellement percutée par un train à Réghaïa

Une femme quadragénaire a trouvé la mort, jeudi, après avoir été percutée par un train reliant Alger à Thenia, dans un lieu situé non loin de la gare de Réghaïa (est d’Alger), a-t-on appris d’une source de la Protection civile. Dans une déclaration faite à la presse, Kamel Sadek, sous-lieutenant de la cellule de communication à la direction de wilaya de la Protection civile, a fait savoir que la victime, âgée de 45 ans, est décédée sur le coup, ce jeudi, après avoir été heurtée par un train reliant Alger à Thenia. La victime a été percutée à 11h40 en tentant de traverser la voie ferrée au niveau de la cité Faoussi, non loin de la gare ferroviaire de Réghaïa, a précisé la même source, relevant que les agents de la Protection civile sont intervenus pour transférer le corps sans vie de la victime. Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, avait récemment révélé que près de 1370 accidents ont été enregistrés au niveau des passages à niveau depuis 2013 à ce jour, ils ont causé 317 décès et 498 blessés.

Librairie Chaïb Dzaïr : Conférence sur les femmes martyres de Novembre 1954

Des historiens et chercheurs ont animé, au cours de la semaine passée, une conférence sur la participation de la femme algérienne à la glorieuse Guerre de Libération, à travers laquelle ils ont évoqué les femmes martyres de Novembre 1954. Zoubida Amamria, Amar Belkhodja et Lahcen Zeghidi ont évoqué le parcours de la première femme martyre de la Guerre de Libération, en l’occurrence Chaïb Dzaïr, tombée au Champ d’honneur en compagnie d’un des membres du groupe des 22 historique, Badji Mokhtar, un certain 18 novembre 1954, à la ferme Dali Benchouaf, à Souk Ahras. Dans ce cadre, M. Zeghidi a indiqué que la femme algérienne avait «fortement participé» à la Guerre de Libération depuis son déclenchement, ajoutant qu’à l’instar des moudjahidine, elle était aux premiers rangs des premières batailles de la Guerre de Libération à travers toutes les régions du pays. Il a cité les noms de 4 femmes martyres tombées au Champ d’honneur le 19 novembre 1954 dans les Aurès, à savoir Boucetta Djoumoua, Boucetta Mansoura, Berrehaïl Fatima et Senouci Rafika. «Les méthodes d’assassinat et de torture utilisées par les forces de l’occupant contre les moudjahidate dénotaient l’atrocité du colonialisme français», a-t-il affirmé. Cette conférence a été organisée à la librairie Chaïb Dzaïr de l’Agence nationale d’édition et de publicité (ANEP).

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!