Médéa : la chaussure cherche un nouveau chemin ! | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Médéa : la chaussure cherche un nouveau chemin !

17 octobre 2020 à 9 h 52 min

Connue pour être la capitale du Beylik du Titteri durant l’empire Ottoman, Médéa est aussi l’autre capitale du cuir. D’ailleurs, les fabriques de chaussures font la notoriété de cette ville depuis plusieurs décennies, faisant de Médéa le passage obligé pour de nombreux grossistes, des quatre coins du pays, en quête d’approvisionnement en chaussures de bonne qualité.

Mais les effets de la concurrence chinoise à partir des années 1990, où des chaussures bas de gamme et cédées à bas prix ont tué les fabricants locaux. Lors de sa récente visite à Médéa, Kamel Rezik, ministre du Commerce, a promis d’aider les fabricants en question à développer leur «investissement», eux qui comptent sur l’aide des pouvoirs publics depuis plusieurs années.

M. Benrekia Mohamed, président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Médéa regrette le fait que le secteur en question ne s’est malheureusement pas développé compétitivement parlant à cause de l’importation massive de la Chine (en baisse cette année à cause du coronavirus) et l’absence d’une zone d’activités qui regroupe les fabricants. «Nous sommes toujours réduits juste à de petits ateliers éparpillés dans les quartiers de la ville», regrette-t-il, lui qui est aussi dans le domaine de confection du cuir et de la chaussure.

Mais il insiste que le moment est venu pour regrouper les opérateurs du domaine du cuir, activant jusque-là dans un cadre quasi artisanale, dans une zone d’activités digne de ce nom. «En tant que président de la CCI de Médéa, j’ai tracé un programme pour valoriser ce savoir-faire et label médéen. Une meilleure organisation et un accompagnement efficace contribuera à la création de la richesse et de l’emploi».

Les fabricants de la chaussure et de la semelle à Médéa, une centaine, comptent ainsi sur les promesses d’aide proposées par le ministre du Commerce afin que leurs ateliers artisanaux soient remplacés par des fabriques modernes et pour que la chaussure ‘‘made in Médéa’’ soit non seulement convoité par le consommateur algérien mais exportée régulièrement à l’étranger. Ne dit-on pas que le cuir algérien est l’un des meilleurs au monde !

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!