toggle menu
mardi, 18 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190618
  • Pub Alliance Assurance

Notre seigneur tout-puissant

09 janvier 2019 à 8 h 00 min

Il n’a rien à voir avec la Miss Algérie d’Adrar, mais le ministre de l’Intérieur, Noureddine Bedoui, de couleur foncée, est rentré d’une visite dans le Sud, Tin Zaoutine et In Guezzam, puis In Salah et Tamanrasset en évitant la route très dégradée qui relie les deux dernières villes.

Il est arrivé à Alger au moment où un décret le concernant était publié, désormais, ses attributions sont précisées pour la politique nationale, l’ordre, sécurité, libertés publiques, vie associative et partis politiques entre autres. Pour celui qui a la charge d’organiser la délicate élection d’avril, il voit ainsi ses missions élargies, chargé du développement, de la gouvernance et des finances locales, des transmissions et des opérations d’intérêt national, de la coordination générale en matière de sécurité et du développement de la stratégie d’organisation. Avec l’opacité sur les intentions présidentielles, la question s’est posée : dans un Etat policier, quoi de plus logique que de conforter le premier policier du pays après le lamentable parcours d’El Hamel ? Enarque, trois fois wali, ancien ministre, aimé des médias, il a numérisé l’administration et l’état-civil et a promis le vote électronique, évidemment pour 2022.

En gros, il a tout pour être mis en orbite en tant que plan B pour la présidentielle, d’autant que son nom commence réellement par B. Sauf qu’en Algérie où on lit de gauche à droite, de droite à gauche, en diagonale et à la verticale comme pour l’alphabet tifinagh, on peut lire le décret à l’envers en comprenant qu’au contraire, ce décret a été pondu pour recadrer le ministre de l’Intérieur, lui qui communique volontiers sur tous les sujets, même en dehors de son périmètre. On peut même ne pas lire ce décret et se dire qu’il participe de la gestion normale des affaires normales d’un pays normal. Oui, mais pourquoi maintenant ? Il faut peut-être regarder qui a signé le décret. Le Président ? Non, c’est Ahmed Ouyahia. Reste la question à résoudre, mais qui est Ahmed Ouyahia ?

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!