Les généreux généraux | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822


  • Pub Alliance Assurance



Les généreux généraux

13 août 2019 à 10 h 00 min

Un proverbe africain l’explique bien : «Quand deux éléphants se battent, c’est l’herbe qui en souffre.» Ce qui correspond au sujet de la semaine, la guerre entre le général Nezzar et le général Gaïd Salah, deux enfants de la même institution et de la même région, le premier né en 1937 dans l’actuelle wilaya de Batna, le second en 1940 dans la même wilaya de Batna, deux chefs d’état-major, mais le premier au grade de simple général-major et ministre de la Défense, le second au grade supérieur de général de corps d’armée, mais simple vice-ministre de la Défense.

Pour autant, est-ce vraiment une guerre ? En tous les cas, elle est moderne puisque les armes en présence sont l’internet et YouTube, utilisés d’un côté pour attaquer verbalement les défenses de l’adversaire, de l’autre pour censurer techniquement les attaques du premier. Avec quand même quelque chose de moins technologique, l’utilisation d’une autre arme, plus radicale, la justice militaire et l’accusation de complot.

Qui a raison ? Nezzar est-il un (futur) détenu d’opinion ou un voleur de wi-fi ? Victime de sa liberté d’expression ou traître international ? Un massacreur de civils ou un firewall bloqueur d’islamistes ? Car dans cette guerre à distance, c’est un conflit de 30 ans qui sous-tend le terrain des opérations, un chef d’état-major en 1992 contre un chef d’état-major en 2019, deux généraux, dont l’un provient directement de l’ALN, l’autre après un passage par l’armée française, et qui ont cet étrange point commun : ils ont tous deux été nommés par un Président et l’ont tous deux forcé à la démission, engendrant une crise constitutionnelle.

Avec avantage au second, 200 000 morts pour le premier, aucun pour l’autre, mais avec le même argument, les deux octogénaires se réclament patriotes et jurent qu’ils n’ont à cœur que les intérêts du pays. Mais est-ce une guerre ? Dans tous les cas, la guerre est une affaire trop sérieuse pour la confier à des militaires, et l’herbe trop précieuse pour la laisser aux éléphants.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!