La tête de Bensalah à moitié vide ou à moitié pleine ? | El Watan
toggle menu
mardi, 12 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191112



La tête de Bensalah à moitié vide ou à moitié pleine ?

07 novembre 2019 à 9 h 00 min

Il pleut un peu partout, les étourneaux volent en essaims vers le Sud, le Conseil constitutionnel va examiner 9 recours de candidats rejetés de la phase finale de la présidentielle et la grève des magistrats est terminée. Comment ? Simplement, avec gel provisoire des mutations et, surtout, augmentation des salaires avec effet rétroactif à partir de janvier 2019, probablement en imprimant de nouveaux billets de banque grâce à la machine. Pour l’indépendance de la justice enfin, un atelier sera ouvert, incluant quelques maçons, décorateurs d’intérieur et plombiers assermentés.

Entre-temps, le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, dont le mandat de dépôt avait été prolongé la semaine dernière, vient d’être transféré à l’hôpital Mustapha. Le juge qui l’a envoyé une nouvelle fois au cachot va-t-il lui rendre visite et lui apporter des fleurs ? Peu probable, l’épisode de la rébellion des magistrats est bien clos et l’œil citoyen doit maintenant s’accommoder de la prochaine corporation qui sortira ses cornes. Dans ces luttes de longue haleine, c’est plus le fait de désespérer qui est désespérant que d’analyser froidement les avancées et reculades.

9 mois de lutte pacifique, c’est déjà un record en soi et les acquis sont bien là pour montrer qu’ils n’ont pas été inutiles. On pourra évidemment les contester sur la base d’un bilan global, mais l’optimiste dit et redit que tout ira mieux et ne baisse les bras que pour ramasser des restes d’illusion par terre qu’il cache aussitôt aux passants.

S’il devient parfois pessimiste quand il y a trop de pessimistes autour de lui, c’est quand même lui qui a raison, il vaut mieux croire au soleil et se brûler que se conforter dans les ténèbres et mourir de froid. Après, l’oreille sage doit aussi écouter le pessimiste qui dit qu’il ne sert à rien de lutter, que tout est truqué, tout va et ira mal, même si en réalité, c’est lui qui va mal. Les deux sont utiles et nécessaires. L’optimiste a inventé la voiture qui roule vite, le pessimiste a inventé l’airbag.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!