La mythologie du lézard | El Watan
toggle menu
vendredi, 24 janvier, 2020
  • thumbnail of elwatan23012020

La mythologie du lézard

19 décembre 2019 à 9 h 18 min

Main levée, je jure et je promets. La prestation de serment a bien été effectuée et c’est officiel, la tête a bien été changée, même si au fond, ce n’est pas vraiment la tête mais un simple démembrement visible du macro-organisme.

Ensuite les actes, à vouloir, maintenant en haut, un dialogue avec des représentants désignés du hirak, Abdelmadjid Tebboune commet une erreur, car il n’y a pas de tête, la contestation est décentralisée, sans leader, protestation plurielle qui présuppose la non-apparition d’un individu. D’ailleurs au début du hirak, il a été question de couper les têtes du mouvement, Karim Tabbou ou Fodil Boumala, entre autres, pour tuer la contestation, avec comme deuxième calcul, le blocage de leurs éventuelles candidatures.

Ce qui n’a pas fonctionné pour la première partie, car la tendance, ici ou dans les mouvements de contestation mondiaux, n’est plus aux meneurs que l’on écoute et à qui on obéit, ce qui pousse le mouvement est un sentiment global, partagé, avec comme moteur l’absence de légitimité individuelle. Le hirak est une force de pression et de revendication, ne vise pas à prendre le pouvoir mais à le contrôler, c’est un espace de dialogue, cadre d’expression dont les idées se créent sur les réseaux sociaux et les applications se testent dans les rues centrales des villes. A ce titre, si les dinosaures gèrent encore le pays, le hirak est un lézard, plus petit mais plus mobile, discret, moins gourmand en énergie et capable d’adaptation.

Il est même une queue de lézard, mouvante, sinueuse et difficile à attraper, cinquième patte d’appui, d’où l’échec à venir de la démarche de Tebboune, d’ailleurs exactement la même et formulée de la même façon par l’ex-employeur du nouveau Président, qui appelait au dialogue sans exclusive en 1999. Il a disparu de la scène, justement pour avoir consommé trop de ressources, et en quelques jours, c’en était fini de lui. C’est l’avantage du hirak, contrairement à la tête, la queue du lézard repousse quand on la coupe.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!