FLN, de la gloire au repoussoir et du couloir au trou noir | El Watan
toggle menu
samedi, 21 septembre, 2019
  • thumbnail of elwatan21092019





FLN, de la gloire au repoussoir et du couloir au trou noir

05 septembre 2019 à 9 h 17 min

De l’étrangeté du système politique algérien. En 2004, Abdelaziz Bouteflika se représente à la présidentielle en tant que candidat indépendant, contre le candidat du FLN, Ali Benflis, qui dirigeait la campagne du même Bouteflika à l’élection précédente. Benflis, élu secrétaire général du FLN et chef de gouvernement nommé par encore le même Bouteflika, n’obtient que 6% des voix.

Un an plus tard en 2005, Bouteflika est nommé président d’honneur du FLN, ce qu’il est toujours aujourd’hui, et Benflis est remplacé au FLN par Belkhadem, puis Saadani, puis Ould Abbès nommé par Saïd Bouteflika, les deux derniers étant aujourd’hui en prison, de même que le fils et le petit-fils Ould Abbès au titre de mafieux généalogiques. L’école du FLN post-indépendance est une école buissonnière, où les élèves ne suivent pas les cours mais renversent leurs professeurs, souvent aidés par la femme de ménage ou la secrétaire du directeur. Sans parler de Moad Bouchareb, secrétaire général par intérim 2018, qui a mis un cadenas à la porte du bureau du président de l’APN, l’actuel secrétaire général du FLN est Mohamed Djemaï, élu par le comité central et dont la justice vient de demander la levée de l’immunité parlementaire.

Un cas édifiant, son chauffeur porte plainte contre lui pour agression alors qu’il était député FLN. Djemai est convoqué, et pour se défendre, utilise une juge, Amira Bouakkaz, qui se déguise au procès en femme de ménage pour affirmer que le chauffeur l’a agressée et Djemai n’a fait que la défendre. Sauf que les collègues juges de Bouakkaz la reconnaissent et crient au scandale. Le ministre de la Justice Louh étouffe l’affaire mais a fini en prison, Bouakkaz est limogée mais Djemai est libre et toujours secrétaire général du parti aujourd’hui. Les 6 fondateurs du FLN historique, Boudiaf, Ben M’hidi, Ben Boulaïd, Krim, Bitat et Didouche, doivent se dire que l’un d’entre eux, au vote et à la majorité des voix, doit sortir de sa tombe pour aller régler le problème. A la barre de fer.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!