Fermer la télé, casser les miroirs et ouvrir les fenêtres | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Fermer la télé, casser les miroirs et ouvrir les fenêtres

21 septembre 2020 à 10 h 11 min

On ne l’a pas vu, mais un reportage-documentaire d’une chaîne française sur le hirak est passé hier soir et a immédiatement soulevé la désapprobation. Pourquoi ? Parce que nombreux sont les Algériens qui attendent avec impatience des reportages ou documentaires sur eux et sont systématiquement déçus quand ils sont réalisés et diffusés. Pourquoi ?

A cause d’un décalage entre sa propre image, celle vue de l’intérieur par soi-même et celle émise vers l’autre, filmée et résumée par un média de l’extérieur, problème qui se décompose en deux problèmes : d’abord, pourquoi attendre un reportage d’une chaîne étrangère, si ce n’est pour tenter de conforter l’image qu’on a de nous-mêmes en sachant qu’on n’a pas tous la même image de nous-mêmes ? Ensuite, pourquoi être déçus, quand l’image émise et son traitement, objectif ou pas, ne correspondent pas à ce que l’on souhaitait ? Parce qu’au fond, on déteste quand on parle de nous à l’étranger, mais on aime bien voir ce qu’on dit de nous à l’étranger. Ce qui pose un autre problème, parce qu’il y a 40 millions d’Algériens et 40 millions de réalisateurs, 40 millions d’acteurs et 40 millions de spectateurs, ce qui explique le nombre de chaînes Youtube spécialisées Algérie, Amir DZ, Zitout, Bensdira ou Abdou Semmar, qui ont toutes un avis sur la situation et sont très consultées ici, critiquées ou adulées.

Ce qui pose un autre problème : qui a raison ? Le régime étant le reflet de la société et celle-ci l’image en miroir du régime, quelle est l’image de l’image qu’on a de nous-mêmes, sachant que l’image que donne le régime est celle d’un gouvernement répressif, totalitaire, où la moindre phrase peut mener en prison ? C’est compliqué, mais il y a au moins une règle non écrite, on a le droit de critiquer l’Algérie mais en Algérie et entre nous, sans la présence d’étrangers. D’ailleurs on le sait, entre nous aussi, quand un Président tend la main du cœur à son peuple, il faut voir l’inverse par l’effet miroir, ce n’est pas la bonne main, c’est l’autre.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!