Djawad dans les couloirs du temps | El Watan
toggle menu
dimanche, 23 février, 2020
  • thumbnail of elwatan23022020 2

  • Stream système

Djawad dans les couloirs du temps

09 février 2020 à 9 h 12 min

Comment coiffer une coiffeuse, censurer un censeur, ou sur la question des capitaux détournés, voler les voleurs ? Ou encore, plus proche de l’actualité, comment arrêter les arrestations ?

C’est sur cette dernière question que l’équation devient complexe, entre ensembles rationnels et variables cachées, prérogatives officielles et sous-marins torpilleurs : 1345 personnes du hirak sont poursuivies en justice, mesures assumées par le premier magistrat du pays qui non seulement a fait relâcher 9765 prisonniers de droit commun et aucun détenu d’opinion, à part Djawad Belkacem d’Oran, mais en plus en fait embarquer d’autres chaque semaine. Pourtant, est-ce bien lui qui ordonne ces inutiles privations de libertés, lui qui se déclare «être en phase avec le hirak» ? Car à moins d’être schizophrène, maladie par ailleurs très courante au sommet de l’Etat, ce ne peut pas être le même homme, à préparer d’un côté des lois sur les libertés, le droit de manifester et les médias électroniques, et à arrêter de l’autre des manifestants ou prolonger leur mandat de dépôt.

C’est donc encore dans les couloirs du temps qu’il faut chercher, ces longs corridors où le son est absorbé par les épais murs entre lesquels se croisent des agréés du ministère de la Justice, officiers de police sans tenue et militaires sans permis, pilotes des services de renseignement et commis de l’Etat profond, ainsi qu’une armée de femmes de ménage chargées de tout nettoyer après. Ce qui expliquerait cet étrange communiqué diffusé en interne par l’inspecteur général de la justice, appelant les magistrats à dénoncer, anonymement, les jugements qui ne leur semblent pas justes. La justice qui demande plus de justice ? Pour l’instant, seul Djawad a été libéré, par la première mesure de grâce du Président depuis sa prise de fonction. Pourquoi Djawad et pas les autres ? Peut-être parce qu’il n’a que 17 ans. Ou alors grâce à une erreur des couloirs du temps, dans lesquels on peut entrer en 2020 pour en sortir en 1975.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!