Construire une route puis la couper | El Watan
toggle menu
mardi, 20 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190820



  • Pub Alliance Assurance


Construire une route puis la couper

10 février 2019 à 8 h 00 min

En l’absence de rouages démocratiques légitimes pour gérer l’affrontement des forces et opinions, il reste peu d’outils à disposition, comme le blocage des routes par exemple, pour revendiquer quelque chose, méthode tellement utilisée que l’année dernière des citoyens ont même coupé une route pour protester contre le coupage d’une autre route.

C’est en usant du même procédé, qu’ils condamnent par ailleurs, que des responsables ont placé trois camions pour barrer la route au candidat Ghederi qui sortait du siège de sa permanence à Alger pour aller à l’enterrement d’un autre général, Guenaïzia. En dehors d’être contraire à toutes les traditions du pays qui veulent qu’on ne peut interdire à quelqu’un de se rendre au cimetière pour le décès de quelqu’un, le geste a ainsi été expliqué, on lui a dit que les trois véhicules étaient en panne. Bien sûr, Ghederi aurait pu aller à pied ou prendre un taxi, Yassir ou TemTem, mais ce qui est plus traditionnel par contre, ce sont ces formulaires de signatures de citoyens déchirés, perdus ou confisqués par des APC, selon le staff de campagne du général, ce qui en dit long sur la neutralité de ce scrutin. Si l’erreur consiste à penser que le régime cherche une solution pour l’Algérie alors qu’il cherche une solution à sa propre survie, reste à savoir à qui sont ces camions qui ont bloqué le candidat. S’il s’agit de la police, ce serait donc le premier geste anti-démocratique du nouveau patron de la DGSN et la première intervention dans le champ politique du colonel Lehbiri.

Si ce n’est pas lui, cela relance ce gros problème d’identité des donneurs d’ordre, toujours cachés dans le flou, qui a fait tant de mal au pays par déresponsabilisation de l’action publique. On pourra juste rire (un peu) du manque d’imagination de cette police politique et du cynisme des bloqueurs de route qui ont signifié au candidat Ghederi que les camions qui le bloquaient étaient en panne. C’est ce constat qui est cruel, il y a tant de choses en panne à réparer.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!