Cette violence qui monte | El Watan
toggle menu
mercredi, 16 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191016





Cette violence qui monte

09 octobre 2019 à 9 h 00 min

La chasse à l’homme continue et, selon les experts, l’extinction de l’Algérien est proche, victime du braconnage massif. Car c’est bien de chasse illégale dont il s’agit, aucune loi n’interdisant en effet de marcher pacifiquement, de chanter et se rassembler, pas même de se rassembler pour défendre les rassemblements ou de chanter pour défendre les chanteurs.

On le sentait arriver, la sagesse n’étant pas vraiment la qualité principale du décideur algérien, surtout s’il est militaire, et depuis hier, un nouveau pas a été franchi ; des dizaines de nouvelles arrestations, des marches réprimées et de la violence organisée, signe que le Général ne veut plus personne dans les rues mais dans les prisons, afin que les mardis et vendredis puissent permettre à ceux qui travaillent durement, policiers, gendarmes et militaires, de se reposer.

A deux mois des élections, la seule stratégie semble être donc celle de la peur, avec encore le concours de la DGSN et de la justice pour faire place nette aux candidats qui arrivent, et toute autre méthode de gestion démocratique des foules a été écartée, par le Général, ses conseillers, l’Intérieur ou d’autres forces qui ne reconnaissent que la force.

Ce qui pose des questions que ne se sont pas posées ceux qui gèrent le pays par téléphone : si le 12 décembre tout le monde est en prison, qui va voter ? Si les Algérien(ne)s décident d’abandonner la Silmiya, quelles en seront les conséquences ?

Si les policiers décidaient d’arrêter d’arrêter et des officiers militaires de ne plus porter cette responsabilité de casser du hirak, que va-t-il arriver ? Si des puissances étrangères s’en mêlent, avec l’alibi de vouloir protéger la population, de quoi sera fait l’avenir ?

En dehors de l’alpinisme, l’escalade possédant elle-même une escalade, maintenant que les prisons sont pleines d’innocents, que va-t-il se passer ? Des rassemblements dans les centres de détention. Ensuite ? Là est l’inconnue, on ne peut pas mettre en prison quelqu’un qui y est déjà.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!