A part Ouyahia, les hommes naissent-il fondamentalement bons ? | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826



  • Pub Alliance Assurance


A part Ouyahia, les hommes naissent-il fondamentalement bons ?

20 juin 2019 à 10 h 00 min

Sujets acheminés par convois militaires, fouilles, coupures du réseau internet, coffre-forts en kevlar renforcé, rédacteurs des examens isolés dans des bunkers sous garde rapprochée, le baccalauréat se termine avec cette même question annuelle : pourquoi tant de moyens mis pour le contrôle, les Algérien(ne)s sont-ils fondamentalement des tricheur(se)s ?

Peut-être pas plus que les autres ou un peu plus que le reste du monde, ce qui pourrait en lui-même être un sujet de bac pour l’année prochaine, thème transdisciplinaire qui regroupe aussi bien la philosophie que l’économie, l’histoire que les sciences humaines.

Mais si l’assertion de départ est vraie, pourquoi alors les Algérien(ne)s sont-ils des hackers de faible niveau à l’échelle mondiale ?

C’est une autre question, mais à la décharge de tous ces jeunes tricheurs qui s’entêtent à passer à l’université en faisant l’impasse sur ce qu’ils ont appris au lycée, il faut bien voir que l’exemple donné plus haut n’aide pas vraiment, les responsables à tous les niveaux ont eux-mêmes largement contribué à donner l’exemple sur une version pirate du chimiste Lavoisier : tout s’achète, tout se vend, rien ne se créé à part les billets de banque d’Ouyahia.

Les dynamiques étant souvent pyramidales, comment expliquer à un(e) jeune de 18 ans qu’il faut obtenir son bac honnêtement, alors qu’un marchand de légumes du niveau scolaire primaire a pu devenir la première fortune du pays par sa proximité avec les centres de décision ?

Comment convaincre que la légalité est une valeur essentielle alors que des attributions de marchés aux cahiers des charges, des crédits bancaires aux chiffres officiels, tout est truqué ? Avec l’ampleur du pillage révélée par les dernières affaires en justice qui impliquent tout un Etat, il faut de l’abnégation et de l’humilité.

C’est le fond même du problème, si les autorités mettaient autant d’ardeur et de moyens à empêcher la fraude au baccalauréat qu’aux élections, on ne serait pas dans cette situation aujourd’hui.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!