Yacine Sellam. Président de la Société Algérienne des Affaires Réglementaires et de Pharmaco-économie : «L’évaluation permettrait de rationaliser la prise de décision» | El Watan
toggle menu
mardi, 19 novembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191119


Yacine Sellam. Président de la Société Algérienne des Affaires Réglementaires et de Pharmaco-économie : «L’évaluation permettrait de rationaliser la prise de décision»

14 octobre 2019 à 9 h 00 min

De l’avis de Yacine Sellam, président de la Société algérienne des affaires réglementaires et de pharmaco-économie, le recours à une évaluation préalable des technologies et des modes d’intervention en santé permettrait d’éclairer et de rationnaliser la prise de décision dans le futur. Aussi, la situation en termes d’infrastructures, d’organisation, mais aussi de qualité et d’accès aux soins doit être conduite au niveau régional et décortiquée pour une répartition équitable des soins.

– Comment expliquer les défaillances qui caractérisent le secteur de la santé en Algérie  ? Quelle est la responsabilité des directeurs régionaux accablés justement récemment par le ministre de la Santé ?

Les témoignages des patients et des praticiens se joignent aux aveux des premiers responsables du secteur pour dire que nous pouvons certainement faire mieux en matière d’offre et de qualité des soins. Il n’est pas faux de parler de défaillances ici et là, sans pour autant caricaturer le secteur de la santé en Algérie.

Les acquis du système national de santé capitalisés depuis l’indépendance ne doivent pas être remis en cause, mais la réforme hospitalière, tant attendue, tarde à se mettre en place et la gestion au niveau local manque souvent de pertinence.

Il existe aujourd’hui plusieurs outils d’évaluation, dont la liste de référence de l’OMS des 100 principaux indicateurs de santé, qui permettent de situer les insuffisances afin de pouvoir ensuite y remédier.

Les directeurs régionaux ont une part importante de responsabilité dans la remontée d’information à la tutelle, qui elle a besoin de disposer de tableaux de bord qui reflètent la réalité sur le terrain au niveau local, pour permettre plus d’anticipation.

– Les prestations assurées ne sont pas à la hauteur des dépenses engagées. Pourquoi, à votre avis ?

En effet, et malgré la conjoncture financière que traverse le pays, l’effort financier est resté soutenu en direction du secteur de la santé.

La loi n° 18-11 du 2 juillet 2018, relative à la santé, dispose que les ressources mobilisées pour le financement du système national de santé ainsi que les dépenses qui en sont faites doivent être publiées annuellement, sous forme de «comptes nationaux de la santé».

La dernière fois que le département de la santé s’est prêté à cet exercice (règlement budgétaire 2015), il est ressorti que la consommation des autorisations de programmes n’a pas dépassé 30%, tandis que le Fonds spécial pour les urgences et les activités de soins médicaux, et le Fonds de lutte contre le cancer, dont le solde s’élevait respectivement à 87,9 et 22,5 milliards DA, n’ont enregistré aucune dépense financière.

Au-delà de ce constat, je pense qu’il y a lieu de réfléchir à comment obtenir plus de santé pour son argent.

A ce titre, le recours à une évaluation préalable des technologies et des modes d’intervention en santé permettrait d’éclairer et de rationaliser la prise de décision dans le futur.

– Il y a aussi la problématique de la pénurie en médicaments qui persiste, alors que des mesures urgentes sont à chaque fois annoncées. Où en est la mise en œuvre de ces mesures ?

Dans une contribution parue dans votre quotidien en mai dernier, j’expliquais que la problématique de pénurie de médicaments en Algérie tenait de la multiplicité des acteurs de la chaîne de distribution, avec parfois même un manque de visibilité sur leur nombre (634 inscriptions de grossistes au registre du commerce, alors que seulement 120 d’entre eux opèrent réellement dans la distribution en gros des médicaments), mais aussi celle des départements ministériels et organismes sous tutelle impliqués dans le contrôle a priori (prix, quantités, stocks, étiquetage, règle de tiers de vie…).

La complexité qui en résulte rend difficile pour le département de la santé la mise en place d’un système d’informations robuste et en temps réel pour le suivi des quantités disponibles tout au long de la chaîne de distribution et à travers le territoire national.

Par conséquent, l’impact attendu des mesures prises pour pallier les tensions sur l’approvisionnement (par exemple la signature d’avenants aux programmes d’importation) n’est pas toujours au rendez-vous, sachant la détection tardive de ces tensions.

– Le gouvernement a annoncé récemment un plan de santé dédié au Sud. Est-ce suffisant pour réduire les inégalités régionales en matière de prise en charge sanitaire ?

La Constitution algérienne consacre le droit de tous les citoyens à la protection de leur santé. Toutefois, l’offre de soins dans un pays de la taille d’un continent peut ne pas être la même d’une région à une autre, d’où la nécessité d’un plan de santé par wilaya ou par wilaya déléguée.

Pour ce faire, une évaluation objective de la situation en termes d’infrastructures, d’organisation, mais aussi de qualité et d’accès aux soins, doit être conduite au niveau régional, à l’image de ce qui a été entrepris au Mexique, en Afrique du Sud ou en Indonésie dans le passé récent.

L’objectif in fine étant d’adapter l’offre de soins et de satisfaire de manière optimale les besoins de santé au niveau régional sur la base des conclusions de cette évaluation.

En ce sens, la loi n° 18-11 relative à la santé a introduit une mesure phare, à savoir «la carte sanitaire», en vue d’une répartition équitable des soins de santé en tenant compte des caractéristiques épidémiologiques, géographiques, démographiques et socio-économiques des différentes régions.

Cependant, les textes d’application y afférents tardent à voir le jour. Par ailleurs, je pense qu’il faut aussi repenser la prise en charge des urgences dans les régions du Sud, notamment son volet transport médicalisé. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!