Wail Hadj Ahmed. Cofondateur d’Orbit Coworking and training space : «Les espaces de Coworking apportent des solutions aux problèmes de finances, d’accompagnement et de formation» | El Watan
toggle menu
lundi, 12 avril, 2021
  • thumbnail of elwatan06042021





Wail Hadj Ahmed. Cofondateur d’Orbit Coworking and training space : «Les espaces de Coworking apportent des solutions aux problèmes de finances, d’accompagnement et de formation»

08 février 2021 à 10 h 36 min

– Pourquoi un espace de Coworking ?

Je vais entamer du tout début. Le concept a commencé aux Etats-Unis et nous en avons entendu parler en 2015. Nous n’avions, Younes, mon frère jumeau, et moi, que 21 ans. Question de hasard ou de destinée, nous avons eu l’opportunité l’année d’après, pour ma part, à gérer un des trois premiers espaces de coworking en Algérie. Younes, de son côté, gérait un bureau de formation, client de l’espace.

Depuis ce jour, nous sommes tombés amoureux du concept et de l’activité qui s’adaptent parfaitement à notre état d’esprit de collaboration, d’échange et de changement.

Cela nous a permis d’explorer de nouveaux horizons à travers des expériences que nous n’aurions pas pu vivre autrement. Nous avons passé pratiquement 3 années à travailler sur le projet d’Orbit Coworking & training space que nous avons réussi à concrétiser début 2020. Ces circonstances ne sont pas les uniques raisons qui nous ont poussés à créer Orbit.

Les espaces de coworking ont un intérêt économique, mais aussi environnemental et social. Ils permettent à des porteurs de projets de se lancer avec des budgets et des risques d’investissements réduits au maximum. Ils sont écoresponsables en économisant de l’énergie grâce à la mutualisation des espaces et des équipements. Pour le volet social, ils favorisent l’entraide, la création de liens sociaux et le développement de l’entrepreneuriat local.  C’est dans cette optique que nous avons adopté cette idée d’espace de Coworking.  

– Depuis votre création, avez-vous pu assister des jeunes entreprises à émerger ?

Oui, évidemment. Depuis l’ouverture de notre espace, nous avons reçu à Orbit Coworking une quarantaine de projets, d’entreprises et de star-up, et ce, malgré la crise sanitaire, financière et sociale que le pays traverse.

Ils viennent généralement comme demandeurs de services avec des projets avancés et pas seulement entant qu’idée de projet ou de star-up à émerger. Nous avons même de grandes entreprises qui font de la domiciliation commerciale à notre niveau pour faire de l’investissement intelligent.

Notre travail est de les assister, de les guider et de leur procurer l’environnement adéquat qu’ils recherchent. Les secteurs d’activité les plus importants que nous recevons sont dans la prestation de services, le e-commerce, la communication et des freelancers qui font du design. Nous avons même des architectes domiciliés à notre niveau et des bureaux d’études. La tranche d’âge des entrepreneurs oscille entre 23 et 50 ans. Le plus jeune entrepreneur est âgé de 20 ans.

Ce qui est intéressant dans les espaces de Coworking est cette réduction de coût, notamment ceux de la location et de l’aménagement. Pour 16 000 DA au mois, avec des offres de location adaptées, le coworker bénéficie d’un espace professionnel, d’une salle de travail privative pour recevoir ses clients, d’une offre de secrétariat et de beaucoup d’avantages.

Chose pratiquement impossible ailleurs, étant donné que les prix de la location ne sont pas abordables pour tout le monde, sans compter l’avance d’une année ou deux ainsi que les frais d’aménagement intérieur et des différentes factures.

– D’après votre contact avec les entrepreneurs, quels sont les obstacles qui freinent l’essor des star-up en Algérie? 

Que ce soit en Algérie ou ailleurs, je pense que les jeunes entreprises, star-up ou porteurs de projets, rencontrent en globalité les mêmes problématiques financières et managériales, Cependant, nous pouvons relever deux petites problématiques spécifiques au marché Algérien. La première est l’indisponibilité des moyens de paiement e-commerce.

Ceci freine considérablement, pour ne pas dire complètement, la scalabilité des star-up. Exemple patent : les entreprises de VTC. Ces star-up auraient gagné en termes de croissance si cette solution existait. La deuxième problématique concerne le manque d’accessibilité à l’information sur l’investissement (business Angel, Ansej, CNAC…). Les différents dispositifs et aides publiques et privées ne sont pas assez connues, notamment dans leurs volets procédures et conditions. Il faut savoir qu’un nouvel entrepreneur est censé tout connaître.

C’est justement le centre de la 3e problématique qui est le manque de formations ciblées au profit des nouveaux entrepreneurs. Ces derniers sont justes perdus même s’ils ont à disposition des sources intarissable de savoir qu’ils ne savent pas forcément mettre à profit. Même sur Youtube, qui est une incroyable plateforme de formation dans tous les domaines, il leur est difficile d’axer leurs recherches.

C’est normal étant donné qu’ils n’ont aucune idée par où commencer ni quoi chercher au juste. Il y a un grand problème d’accompagnement et de formation. Si ce dernier point est plus ou moins pris en charge par notre espace de Coworking, les autres problématiques ne le sont pas.

– Pensez-vous qu’il y a aussi un problème de définition des termes star-up et petite entreprise ?

Tout à fait ! D’ailleurs, tout le monde pense qu’Orbit Coworking est une star-up, alors qu’elle ne l’est pas, du moins pas pour le moment étant donné que son business plan ne s’y prête pas complètement. Pour mieux comprendre.

La différence fondamentale entre une entreprise est une star-up est que la première est organisée pour exécuter et optimiser un Business Model qui fonctionne, alors qu’une star-up est organisée pour en trouver un (innovant, novateur, reproductible …). La grande particularité d’une star-up est la scalabilité, ce dernier veut dire que sa croissance est exponentielle en une période de temps très court. De plus, elle n’est pas conditionnée par des facteurs spatio-temporels. Elle peut se déployer partout de ville en ville ou de pays en pays.

C’est le cas des applications de VTC qui commencent avec 10 clients pour en avoir des milliers, voire des millions en quelques semaines. Toute entreprise n’ayant pas cette scalabilité ne peut être considérée comme star-up, mais plutôt comme petite ou très petite entreprise.

Orbit aujourd’hui  est une sorte d’incubateur malgré elle, étant donné que nous offrons un espace «d’hébergement» et de domiciliation commerciale pour les entreprises avec tout l’environnement économique et social qui encourage leurs développements. Dans un futur proche ou lointain, nous misons sur le volet formations ciblées que nous offrons aujourd’hui et sur l’incubation et l’assistance des entreprises et des star-up.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!