La semaine éco : 2 ou 3 choses à savoir sur le coût économique des transitions démocratiques | El Watan
toggle menu
samedi, 24 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190824



  • Pub Alliance Assurance


La semaine éco : 2 ou 3 choses à savoir sur le coût économique des transitions démocratiques

04 mars 2019 à 11 h 00 min

Les transitions politiques et institutionnelles ont un coût économique. Il est compressible. Il dépend du contenu du mouvement qui amène le changement, de la nature de la confrontation entre les pouvoirs en place et les porteurs du changement, et de la durée de cette confrontation.

Il existe plusieurs raisons qui font que la transition tunisienne consécutive à la Révolution de Jasmin de janvier 2011 est celle qui a le mieux réussi dans les printemps arabes. L’une d’entre elles est bien sûr le fait qu’elle n’a pas généré une confrontation trop coûteuse en vies humaines et en destructions physiques du pays.

Le cœur du régime néo-destourien s’est assez vite débarrassé de son Bouteflika 5 qu’était alors Benali et le clan Trabelsi pour engager une transition institutionnelle majeure. L’incidence préjudiciable au niveau économique a été contenue au maximum. En 2011, année d’incertitude électorale – quelle part de l’Assemblée constituante allait prendre Ennahda et pour en faire quoi ? – l’activité économique s’est ralentie.

Le tourisme international a reflué et les investissements privés se sont ralentis. Scénario classique dans toutes les situations révolutionnaires ou les rapports de force sociaux et démocratiques changent rapidement. Le rebond a été retardé par les attentats terroristes de l’année 2012 et suivantes.

Mais le fait est bien là. Le tassement de l’activité économique, durant ces périodes cruciales de changement institutionnel ouvert par un mouvement populaire de rupture, dépend en priorité de la réaction du pouvoir en place. En octobre 1988, le président Chadli a annoncé dès le soir du 6e jour d’émeutes, le 10 octobre, des réformes politiques qui ont désamorcé le mouvement. La rue, le peuple en fait, a intuitivement compris que quelque chose de nouveau allait commencer.

Que cela valait la peine de le tester. Une réforme partielle de la Constitution était intervenue dans le mois de novembre pour créer la fonction de chef de gouvernement, chef de l’Exécutif, responsable devant le Parlement. Finalement le préjudice économique du soulèvement d’Octobre 88 s’est surtout confiné aux dégâts matériels, si bien sûr on ne se situe pas sur le terrain moral de la perte des vies humaines.

à l’inverse, plus les régimes en place restent inflexibles au changement, plus le coût de la transition institutionnelle sera économiquement élevé car la période d’affrontement se sera anormalement prolongée. Et les dégâts sur la machine de la production, de la distribution et de la consommation en seront plus amples.

Lorsqu’il faudra redémarrer, ce sera de beaucoup plus bas, avec des acteurs souvent défaillants et une image à l’international peu attractive pour le business. Quel est donc le critère décisif qui pousse certains pouvoirs politiques à éviter des affrontements trop durs et trop longs avant de céder au changement et d’autres à rester arc-bouté plus que de nécessaire sur le statu quo ? Leur vision de l’avenir.

S’ils pensent pouvoir maintenir des intérêts essentiels dans la nouvelle situation post-révolutionnaire, alors ils tenteront d’en devenir un partenaire. Certes, en situation de faiblesse, mais un partenaire difficile à ignorer. Le système de pouvoir algérien peut-il préserver des intérêts économiques qui lui sont propres dans l’Algérie renouvelée qui s’apprête à émerger du mouvement 22 février 2019 ? La réponse est encore oui.

Et donc son intérêt stratégique est de ne pas laisser le préjudice à la machine économique, inévitable, devenir excessif, en faisant durer la confrontation dans un combat d’arrière-garde. Des chefs d’entreprise importants l’ont compris déjà et invitent leurs collègues, proches du clan Bouteflika, à choisir l’avenir au passé. Le coût de la transition n’en sera que plus supportable pour tous.

Les situations révolutionnaires ont une particularité de déclencher des mouvements en ciseaux dans l’activité économique. Le premier mouvement est déclinant. C’est celui des acteurs de la place dont l’activité est fortement connectée à la décision politique.

Le court terme est donc celui du ralentissement de l’investissement, voire du désinvestissement pour un ensemble d’acteurs et de filières qui se sentent insécurisée par le changement politique radical qui se profile. Ali Haddad, patron de ETRHB et président du FCE, incarnerait cette tendance au ralentissement voire au repli, dans un contexte, qui d’amical va lui devenir hostile. Peut-il rester un acteur majeur dans la configuration nouvelle qui se profile dans l’après-Bouteflika ?

Tout dépend encore du mode de réponse à la demande populaire. Plus l’affrontement est long, plus les intérêts les plus liés au pouvoir politique vont en pâtir lorsque le changement aura lieu. L’économie algérienne peut donc connaître une tendance récessive de court-terme liée à l’incertitude pour les filières les plus dépendantes de la commande publique et du bidouillage administratif discriminant.

L’autre mouvement dans le ciseau est haussier. Il concerne tous les acteurs et toutes les filières qui pensent que l’après-Bouteflika et le changement démocratique est une opportunité d’affaire à laquelle il faut se préparer activement. Ce parti du mouvement de ciseaux est de moyen et long termes.

Elle concerne les stratégies des acteurs de la diaspora qui voit l’Algérie devenir un appel prometteur, les nouveaux acteurs entrant dans les filières de l’industrie, des médias, du tourisme, des transports ou du IT qui s’attendent à une ouverture qui redistribuent les cartes. La transition démocratique va ressembler à un risque létal pour les uns et à une opportunité nouvelle pour les autres. Le mouvement de ciseaux, descendant-ascendant, sera bien orienté lorsque les seconds seront plus nombreux et plus impactants que les premiers.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!