Ouverture de laboratoires d’analyses médicales : Les précisions du Conseil de l’Ordre des pharmaciens | El Watan
toggle menu
lundi, 03 octobre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Ouverture de laboratoires d’analyses médicales : Les précisions du Conseil de l’Ordre des pharmaciens

20 janvier 2019 à 8 h 30 min

Suite à l’article paru sur El Watan du 26/12/2018 concernant l’autorisation d’ouverture de laboratoires d’analyses de biologie médicale, nous voudrions en tant que Conseil national de l’Ordre des pharmaciens d’Algérie, catégorie biologie, apporter quelques précisions et éclaircissements.

Dans les systèmes de santé du monde entier, l’exercice de la biologie médicale de ville est strictement réservé aux médecins et pharmaciens titulaires d’un diplôme de biologie médicale polyvalent, ce qui était le cas en Algérie jusqu’en 2008. Puis il y a eu promulgation des arrêtés 2859 du 14/04/2008, 2965 du 15/10/2008 et 2976 du 23/11/2008, qui ont fait fi des normes internationales. La fiabilité et la qualité des résultats d’analyses requièrent la maîtrise des 5 spécialités. Il ne suffit pas d’être équipé en automates pour prétendre faire de la biologie médicale.

Il faut être en mesure de contrôler tout l’appareillage, afin de valider les résultats obtenus. Un équipement aussi performant soit-il ne permet en aucun cas de se passer de la polyvalence du biologiste. Le pharmacien ou médecin mono spécialiste, quand il exerce en milieu hospitalier, ne pratique que dans son domaine de compétence, il ne prendra pas en charge les examens qui ne relèvent pas de sa spécialité, ce qui est logique.

Pourquoi alors prétendre le faire en laboratoire privé ??? Y a-t-il une différence d’exercice entre secteur public et secteur privé ? Est-ce que le médecin hématologue exerçant à l’hôpital fait de la biologie en dehors de son domaine de compétence ???

Et pourtant l’arrêté 2976 autorise les médecins hématologues à pratiquer des analyses médicales ne relevant pas de l’hémobiologie.

De plus, dans l’arrêté 2965, il est bien précisé dans les articles 07 et 08 que le biologiste mono spécialiste fait appel à un ou plusieurs praticiens pour les analyses ne relevant pas de ses compétences. De même pour les plaques professionnelles, la spécialité doit être mentionnée, ce qui ne se fait pas non plus. Il s’agit tout simplement d’exercice illégal.

Il est ahurissant de constater que les revendications portent sur des exigences d’exercice sans qualification. Nous rappelons que la formation du mono spécialiste ne touche qu’un domaine précis de la biologie médicale et ne couvre pas les différents volets que doit assurer un laboratoire polyvalent. Nous le répétons, nous sommes le seul pays au monde à avoir des laboratoires de biologie médicale dirigés par des médecins et pharmaciens mono spécialistes.

Ils sont certes excellents dans leurs spécialités respectives, mais beaucoup de lacunes existent pour les autres domaines. Il serait incongru et impensable de permettre à un médecin gynécologue ou épidémiologiste de diriger un centre de radiodiagnostic, parce que tout simplement il n’a pas reçu la formation requise. Même si l’appareillage actuel est ultra performant, cela ne suffit pas s’il n’a pas les connaissances.

La biologie médicale est une branche de la médecine qui a énormément évolué ces 10 dernières années et 70% du diagnostic sont réalisés par la biologie médicale. La biologie s’est pratiquement entièrement automatisée, au même titre que la radiologie, est-ce pour cela que tout le monde est apte à exercer la biologie ou la radiologie? Un chirurgien va-t-il faire de la réanimation?

A chacun son domaine de compétence. L’accréditation des laboratoires de biologie médicale est sur le point de se concrétiser en Algérie et la première condition pour y prétendre est bien sûr les diplômes requis par la norme ISO 15 189, où il est signifié que le directeur d’un laboratoire d’analyses de biologie médicale doit être obligatoirement polyvalent.

Nous assistons actuellement à la mise en vente au niveau des officines de lecteurs de dosage d’hémoglobine glyquée!!! Nous rappelons qu’il est interdit aux pharmaciens d’officine de pratiquer des analyses, et certainement pas une hémoglobine glyquée, réalisée sur des appareils et avec une technique non homologuée.

Comment peut-on prétendre pouvoir exécuter un ECBU, quand nous sommes immunologistes ou biochimistes? C’est un véritable danger pour la santé publique. Il est urgent de revenir aux normes de références internationales si nous voulons une biologie médicale de qualité, et pour cela il suffit de permettre à nos consœurs et confrères monospécialistes victimes de l’incohérence des arrêtés en cause, de compléter leur formation et de rétablir au sein de la faculté de médecine la spécialité de biologie médicale.

Ainsi, ils pourront exercer la biologie médicale en toute sécurité pour nos patients et en toute sérénité. Notre priorité majeure est et sera uniquement la protection de la santé publique.

 

La vice-présidente Catégorie BIOLOGIE
Dr. D. Benguergoura


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!