L’accès aux services de santé mentale fortement perturbé | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





L’accès aux services de santé mentale fortement perturbé

11 octobre 2020 à 10 h 30 min

Célébrée le 10 octobre de chaque année, la Journée mondiale de la santé mentale trouve tout son sens en cette crise épidémique.

La campagne de cette année vise à favoriser l’investissement en faveur de la santé mentale.

Le confinement imposée à la population mondiale durant des mois et qui risque de perdurer ne sera pas sans conséquences sur la santé mentale des citoyens. Isolement, peur , perte d’êtres chers, crise économique sont autant de sources de stress voire même de facteurs de risque sur la santé mentale. «Cette année, la Journée mondiale de la santé mentale est célébrée alors que la pandémie de Covid-19 modifie considérablement notre façon de vivre au quotidien.

Ces derniers mois, les difficultés ont été nombreuses pour les soignants qui ont dû prodiguer des soins dans des circonstances difficiles et qui sont allés travailler en craignant de ramener la Covid-19 chez eux ; pour les élèves, qui ont dû s’adapter à l’enseignement à distance, en ayant peu de contact avec leurs enseignants et leurs amis et en étant inquiets pour leur avenir ; pour les travailleurs dont les moyens de subsistance sont menacés ; pour le grand nombre de personnes pauvres ou qui se trouvent dans des situations de crise humanitaire et qui sont très peu protégées de la Covid-19 ; pour les personnes atteintes de troubles mentaux, dont beaucoup sont encore plus isolées socialement qu’auparavant ; et pour ceux qui ont perdu un être cher et qui doivent faire un travail de deuil, parfois sans avoir pu faire leurs adieux au défunt», souligne le communiqué de l’OMS publié à cette occasion.

Il signale que les conséquences économiques de la pandémie se font déjà sentir et, en effet, des entreprises licencient du personnel pour tenter de survivre, ou doivent purement et simplement fermer. «Compte tenu de l’expérience acquise dans les situations d’urgence, les besoins en santé mentale et en soutien psychosocial devraient augmenter considérablement au cours des mois et les années à venir.

L’investissement dans les programmes de santé mentale aux niveaux national et international, insuffisamment financés depuis plusieurs années, est aujourd’hui plus important que jamais», recommande l’OMS. Selon une nouvelle enquête de l’OMS, la pandémie de Covid-19 entraîne des perturbations ou une interruption des services de santé mentale essentiels dans 93% des pays, alors que la demande de soins augmente.

Une enquête dans 130 pays

Cette enquête, menée dans 130 pays de six régions de l’OMS permet de disposer des premières données mondiales montrant l’impact désastreux de la Covid-19 sur l’accès aux services de santé mentale et souligne qu’il est urgent d’accroître le financement.

Cette étude réalisée entre les mois de juin et août derniers et visait à évaluer l’effet de l’infection sur l’évolution de la prestation des services de soins psychiatriques, neurologiques et liés à l’usage de substances psychoactives, les types de services qui ont été perturbés et la façon dont les pays s’adaptent pour surmonter ces difficultés, a été publiée à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale à des fins de sensibilisation, qui réunira des dirigeants mondiaux, des célébrités et des militants pour défendre l’augmentation des investissements en faveur de la santé mentale dans le contexte de la Covid-19.

L’OMS a déjà signalé que la santé mentale est un secteur où l’insuffisance du financement est chronique : avant la pandémie, les pays consacraient moins de 2% de leur budget national de la santé à la santé mentale et avaient du mal à répondre aux besoins de leur population. L’OMS précise qu’aujourd’hui, la pandémie fait augmenter la demande de services de santé mentale : «Le deuil, l’isolement, la perte de revenu et la peur entraînent ou aggravent des pathologies mentales.

Beaucoup de gens consomment plus d’alcool ou de drogue et souffrent davantage d’insomnie et d’anxiété». Parallèlement, la Covid-19, signale l’organisation onusienne, peut entraîner des complications neurologiques et psychiatriques (état confusionnel, agitation ou accident vasculaire cérébral, par exemple). Les personnes qui présentent des troubles mentaux, neurologiques ou liés à l’usage de substances psychoactives sont également plus vulnérables face à l’infection par le SARS-CoV-2 car, pour elles, le risque d’être atteintes d’une forme grave de la maladie et d’en mourir peut être plus élevé. «Une bonne santé mentale est fondamentale pour la santé et le bien-être en général», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé. «La Covid-19 a entraîné une interruption des services essentiels de santé mentale dans le monde au moment même où ils sont le plus nécessaires. Les dirigeants mondiaux doivent agir rapidement et résolument pour investir davantage dans des programmes de santé mentale qui sauvent des vies, pendant et après la pandémie», a-t-il ajouté.

A noter que le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière organise aujourd’hui une conférence à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale placée sous le slogan mondial «Investissez dans la santé mentale» et le slogan national «Améliorer l’offre de soins en santé mentale» en visioconférence, au siège du ministère de la Santé.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!