Sidi Sémiane : Un paradis perdu | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan05072020




Sidi Sémiane : Un paradis perdu

29 août 2018 à 0 h 41 min

Une file infinie de voitures allant vers les plages de l’ouest de la wilaya de Tipasa avançait à pas de tortue. Nous nous imprégnons de la cadence avant de changer de cap. Cela dure depuis plusieurs mois. Les autorités locales le savent. Il n’y a point de plaque de signalisation routière au niveau du tronçon de la RN11 qui devait nous indiquer la direction à prendre pour atteindre Sidi-Sémiane.

Officiellement, elle est l’une des communes les plus déshéritées du pays. C’est un chemin bitumé perpendiculaire qu’il faut emprunter pour se rendre vers Sidi Sémiane. Beaucoup de paysages s’offrent à nos yeux le long du chemin de wilaya (CW3), d’un linéaire de 17 km. Forêts, carrières, collines, habitations rurales, arbres fruitiers, reliefs abrupts, oueds, sources, ruches d’abeilles, cheptels ovins et bovins encadrés par des bergers accompagnés de leurs chiens, le chemin sinueux, des postes d’observation gardés par les militaires, sont autant d’images réelles qui défilent et nous croisent le long de notre parcours, en cette journée caniculaire du mois.

Quelques courts tronçons du notre route bitumée, faut-il le souligner, avaient été endommagés par les va-et-vient des camions de gros tonnages qui s’approvisionnent auprès des carrières et d’une sablière.

A propos de l’une des potentialités de l’APC de Sidi-Sémiane, c’est la disponibilité de trois gisements qui sont toujours en activité. D’abord, il y a cette mine de baryte, ensuite la carrière de Sidi Ali Oumeriane, et enfin la sablière de l’oued, située en aval du centre urbain. Les exploitants de ces trois gisements naturels versent-ils leurs redevances dans la caisse de la commune de Sidi Sémiane, au moment où ils réalisent de gros chiffres d’affaires grâce à la vente de ces matières premières extraites du sol de cette commune rurale ? Nous croisons des véhicules de transport des citoyens.

Quelques gourbis épars gravitent dans les montagnes boisées. A notre surprise, les travaux du chantier des 50 logements de l’OPGI, à l’arrêt depuis des décennies, viennent de reprendre. En face de ces bâtiments inachevés, l’aire de jeu entourée d’une clôture est inoccupée, en raison d’une chaleur suffocante. En bas, plus loin le long de l’oued, des camionnettes à l’arrêt attendent leur tour pour le chargement du sable fin mouillé de couleur grise.

L’eau propre ruisselle le long de cet oued. Le silence est brisé par le bruit des rares véhicules et le chant des cigales et des oiseaux qui nichent dans les arbres. Cinq écoles primaires et un établissement scolaire du cycle moyen existent déjà à Sidi Sémiane. La salle de lecture est fermée. Des travaux de réfection en cours sont constatés au niveau de la salle de soins, mitoyenne avec l’agence postale, ouverte lors de notre passage.

Un médecin et un infirmier occupent les logements de fonction de cette salle des soins. Le muezzin appelle à la prière. La mosquée de Sidi Sémiane est dépourvue d’imam, après la démission de celui venu du sud du pays. Un volontaire s’apprête à diriger la prière d’El-Asr en présence d’une dizaine de fidèles. Il est 16h25. Huit locaux commerciaux construits dans le cadre de l’instruction du président de la République souffrent de la crise financière, mais surtout de la misère sociale qui règne dans cette commune rurale enclavée.

Le pouvoir d’achat des ménages est trop insignifiant. La commune compte environ 3000 habitants répartis à travers au moins neuf agglomérations secondaires et douars épars (centre urbain, Mostefaoui, El Kobba, Tifass, Ghardouss,  Bouhssiyane, Benmiloud, Sella, Djoumaâ). Le téléphone mobile a facilité la communication entre les habitants de cette commune et les éléments de l’ANP qui veillent à la sécurité de cette zone montagneuse.

L’Etat a réalisé un énorme effort envers cette commune enclavée et démunie, en dépit de la franche disponibilité des potentialités naturelles, agricoles, artisanales, touristiques, historiques, cultuelles et culturelles.

Mais alors pourquoi autant de potentialités de ce territoire qui ne semblent pas intéresser les décideurs locaux ? Les hautes autorités de l’Etat avaient réalisé de gros efforts, à coups de centaines de milliards de centimes, notamment en construisant un réseau d’amenée du gaz de ville jusqu’à cette commune, en perçant une multitude de montagnes et de collines depuis la station de Hadjret-Ennous. Nombreuses sont les familles qui n’ont pas les moyens pour participer au montage financier et faire entrer le gaz dans leurs domiciles.

Sonelgaz propose des solutions pour aider les familles démunies. La communication n’a pas encore atteint tous les douars de Sidi Sémiane. Le raccordement en gaz de ville épargne les ménages quand les axes routiers sont coupés par les chutes de neige. L’eau, quant à elle, est disponible, en dépit du faible débit. Les citoyens que nous avons pu rencontrer n’avaient pas évoqué ce problème. Le tourisme de montagne est une autre potentialité de la commune qui n’est pas exploitée.

Des espaces boisés à proximité des arbres fruitiers suscitent des idées dans ce sens. Le marabout de Sidi Sémiane, autrefois un gîte très fréquenté pour des dizaines de familles venues des communes environnantes, était déserté par les humains lors de notre passage. A l’intérieur, les commodités pour héberger les passagers sont disponibles. A quelques encablures du marabout de Sidi Sémiane, le débit d’une source d’eau très fraîche est impréssionnant. Les enfants remplissent le précieux liquide dans leurs jerricans à partir de cette source très prisée par les habitants.

Des gamins occupent la pelouse d’un petit espace d’une aire de jeux, pour jouer naturellement le football. Les adultes avaient investi les tables plantées à l’ombre pour jouer aux dominos, sous un air frais que dégagent les feuilles des arbres.

Dans l’une des habitations rurales, l’artisane Yamina continue à fabriquer à l’aide de ses mains les produits de l’artisanat, notamment les meubles en argile. Elle a réussi grâce à sa tenacité, son savoir-faire et son sacrifice à fabriquer les produits artisanaux qui, non seulement se vendent au pays, mais qui sont exportés. Chez elle, on trouve d’autres animaux domestiques, poules, coqs, lapins, chèvres, boucs, de l’huile d’olive en petite quantité, vignes, des céréales, y compris quelques ruches d’abeilles. Rien ne lui échappe pour

«ramasser» des sous et subvenir aux besoins de ses enfants et ses petits-enfants. Des antennes paraboliques sont perchées sur les toits des habitations rurales. L’histoire de Sidi Sémaine s’écrit avec un «H» majuscule, compte tenu de son rôle et de la résistance de ses habitants durant la guerre de Libération nationale et les années du terrorisme.

Les éléments de la France coloniale et les hordes térroristes s’étaient acharnés contre les populations de Sidi Sémiane, en perpétrant des odieux crimes contre les citoyens sans armes. Il est bon de le rappeler, pour ne pas oublier. Les malentendus entre les membres descendants du saint marabout Sidi-Sémiane ont rendu cet infratructure construite avec les matériaux locaux dans une architecture mauresque hors service. Les waâdates se déroulaient dans une ambiance conviviale et familiale. Les familles venaient des wilayas limitrophes, notamment de Chlef, Aïn Defla, Blida, Alger et les localités de Tipasa.

Les échanges entre les familles présentes durant l’événement traditionnel à Sidi Sémiane étaient fructueux. Cette année 2018, à cause des problèmes internes, en l’occurrence financier, au sein du conseil d’administration de l’institution de Sidi Sémiane, la fête culturelle et de la solidarité n’aura pas lieu. Les responsables locaux sont impuissants et ne peuvent intervenir, ni prendre une initiative pour renouer avec la waâda de Sidi Sémiane.

Néanmoins, chaque matinée de la journée du mercredi à Sidi Sémiane, à l’intérieur de l’enceinte, des femmes se donnent rendez-vous, pour vendre quelques objets. «Souk Enssa» (le marché des femmes, ndlr). L’accès aux hommes est interdit pendant les heures commerciales. Nous rebroussons chemin. Il est 18h45. Nous marquons une courte pause dans un café maure désert, situé au bord de la route au centre urbain de Sidi Sémiane.

Une rencontre inattendue avec le vice-président de l’APC de Sidi Sémiane nous a permis de nous informer sur quelques sujets. Braham, qui apprécie les figues, n’a pas attendu l’autorisation pour déguster les fruits mûrs que Mohamed cueillait du figuier planté, à portée de la main. «El kermouss» (figue, ndlr) est trop délicieux, selon l’avis du consommateur furtif venu d’ailleurs. Il n’a jamais mis les pieds à Sidi Sémiane.

Des boissons fraîches sont servies. «Nous avons tenu une assemblée générale ce matin pour approuver le projet de l’aire de jeu qui se trouve à côté de l’oued, déclare Kharroubi Mokhtar. Une somme de 20 millions de dinars avait été affectée pour couvrir la pelouse en gazon synthétique, dit-il, je viens de créer une association sportive, pour la pratique du football et de l’athlétisme dans un premier temps.

Nous n’avons pas de problème d’AEP, ni d’habitat rural, bien que notre commune ne dispose pas du foncier, enchaîne-t-il. Maintenant, si vous pouvez nous aider à lancer un appel, d’abord aux autorités centrales et de la wilaya, c’est de nous affecter un programme de réhabilitation et d’aménagement du CW3, qui nous permettra de relier notre commune à la wilaya de Aïn Defla.

Ce chemin contribuera au désenclavement de notre commune, il nous permettra d’éviter un grand détour, cette route existait dans le passé, ensuite nous exhortons les pouvoirs publics à nous faire bénéficier d’un projet pour développer l’activité touristique à Oued-Djerrah. Faites un tour là-bas avant de partir et vous verrez, enfin, je demande aux personnes qui veulent aider nos jeunes à pratiquer le sport à Sidi Sémiane à se manifester, car l’oisiveté fait des ravages chez nos jeunes ici.

Je viens de vous dire l’essentiel», précise l’adjoint du P/APC de Sidi Sémiane, qui ne cache pas son ambition dans une carrière politique et nous avoue qu’il est en période d’apprentissage. «J’avais promis aux citoyens de notre commune que dans le cas où nous gagnerions l’élection locale, je reviendrai habiter ici à Sidi Sémiane. Après notre victoire, j’ai rapidement loué un logement pour habiter ici à Sidi Sémiane afin de vivre avec eux, ainsi j’ai donc tenu ma promesse», conclut notre interlocuteur.

L’APC de Sidi Sémiane a organisé une excursion à destination de la plage de Messelmoune pour une vingtaine d’adolescents et d’enfants. Il s’agit du bus de transport scolaire de l’APC. Nous arpentons une étroite et sinueuse piste qui’ il ne faut pas emprunter quand il pleut. Nous arrivons à l’oued Djerrah. L’air frais caresse nos visages. Le ruissellement de l’eau brise le silence. L’agriculture est florissante. Des motopompes sont installées aux abords. Elles irriguent les parcelles de terre cultivées séparées par les roseaux. C’est le gagne-pain des fellahs du coin. Ici, on ne parle que le berbère. L’eau coule sans interruption.

Les stigmates des dernières crues sont visibles. L’eau d’Oued Djerrah en crue avait atteint une hauteur de deux mètres. Ce cours d’eau se situe en sandwich entre  deux immenses montagnes rocheuses. Nous remarquons l’existence des grottes. On se rappelle immédiatement que Sidi Sémiane avait été un carrefour idéal, de surcroît fréquenté par les hordes criminelles qui les avaient utilisées abusivement pour qu’ils se reposent, avant et après leurs carnages contre les citoyens et les assassinats contre les éléments des forces de sécurité, quand ces derniers venaient rendre visite à leurs parents qui vivaient dans les zones rurales environnantes.

Nous approchons vers l’amont de l’oued Djerrah. Nous sommes agréablement surpris par la présence des chutes d’eau depuis les rochers et les bassins remplis d’eau. La nature a gâté Sidi Sémiane. Des familles viennent avec leurs enfants. La baignade est vivement appréciée par «les estivants» qui avaient fui le littoral. Il suffit d’aménager cet endroit fréquenté par les familles en quête de fraîcheur et de calme, mais surtout propre. Quelques petits poissons sous l’eau suscitent beaucoup de plaisir chez les gamins.

Il est 19h10. Il commence à faire sombre. Les familles, accompagnées de leurs enfants, récupèrent leurs affaires pour quitter «la mer» d’oued Djerrah. Les grands rochers donnent un aspect si féerique à ce lieu que les visiteurs et les citoyens de Sidi Sémiane espèrent sa métamorphose, pour être transformé en une destination touristique à l’avenir. Il faut remonter la pente lentement.

Nous faisons un détour pour arriver au douar Gherdous, avant de rejoindre le contournement de la ville de Cherchell. Malheureusement, le tronçon routier qui relie les douars de Handla à celui de Gherdous, d’une part, et d’autre part, celui qui relie Gherdous au contournement de la ville de Cherchell, deux axes routiers qui ne bénéficient pas de l’attention et des préoccupations des responsables locaux.

La route est détériorée, en raison de l’absence d’entretien. Ce chemin, exploité par quelques automobilistes, pourrait devenir une autre solution pour rendre la circulation des véhicules plus fluide. Le tronçon routier deviendra par conséquent une autre opportunité dans le cadre des randonnées pédestres et des détours touristiques au milieu des reliefs extraordinairement magnifiques pour encourager le tourisme de montagne et l’artisanat local. Il est 20h30.

Les automobilistes allument les phares de leurs véhicules. Le temps est humide. «Nous avons un pays exceptionnel par ses sites et ses richesses, j’étais marqué par la bonne humeur et la sagesse de nos compatriotes montagnards, nous confie notre accompagnateur qui vient de découvrir la région montagneuse, mais pourquoi ne s’intéresse-t-on pas à ces patrimoines pour créer une vie au milieu de ces forêts, de ces montagnes, si c’était ailleurs le sort de ce térritoire rural aura été autrement, dommage», regrette notre accompagnateur. La commune de Sidi Sémiane mérite un coup de projecteur pour qu’elle soit projetée vers un horizon prometteur pour le pays et les citoyens. 



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!