Maroc : Un Algérien au sommet de l’Atlas | El Watan
toggle menu
mercredi, 25 novembre, 2020
  • thumbnail of elw_17102020





Maroc : Un Algérien au sommet de l’Atlas

19 août 2020 à 9 h 49 min

Tiriaki Ahmed, un citoyen âgé aujourd’hui de 53, est diplômé de l’ENST (Ecole nationale supérieure du tourisme) d’Alger. A l’issue de ses études, telle une abeille qui butine sur les roses, les fruits, en quête de découverte, de savoir et de culture personnelle,
il avait sillonné plusieurs infrastructures hôtelières dépendant des chaînes internationales qui exercent en Algérie.

 

Armé de son expérience dans le secteur du tourisme, l’ex-pensionnaire de l’ENST est devenu depuis le mois de mai 2019, directeur de l’hôtel Rym de Beni Abbès, hôtel qui relève de la chaîne El Aurassi.

Bien qu’il traîne quelques maladies chroniques, Tiriaki Ahmed mène des aventures sportives et touristiques pour entretenir sa santé. Il se souvient du mois de septembre 2018. Après des mois de contacts à travers les réseaux sociaux avec un internaute marocain, Amezzane Mahdi, un cadre dans une banque marocaine, il a été invité pour une belle et inédite aventure personnelle dans les montagnes de l’Atlas marocain.

L’escalade du plus haut sommet de l’Afrique du Nord se trouve au Mont Toubkal (4167 m) était la destination finale de ce furtif voyage. Tiriaki Ahmed travaillait chez le groupe Accor à Constantine.

Un défi difficile à réaliser pour ce tenace cadre du secteur du tourisme, soucieux d’améliorer ses performances physiques et professionnelles. Sans aucune hésitation, ni préparation, il s’envole à destination de Casablanca pour un séjour éclair. Il s’offre une journée d’acclimatation, avant de se lancer dans les monts de l’Atlas marocain.
Son copain marocain, Amezzane Mahdi, a à son actif plusieurs participations dans les marathons et les escalades des montagnes au niveau des pays africains, européens et américains.

Le jour J s’installe. Tiriaki Ahmed n’a pas voulu trop remplir son sac à dos, néanmoins, il a tenu à ramener l’emblème de sa patrie, l’Algérie, en priant Dieu, pour l’aider à atteindre le sommet du mont Toubkal qui culmine à 4167 m d’altitude. Tiriaki Ahmed dissimulait son anxiété, son stress et son appréhension. Les participants, habitués à l’épreuve, étaient soumis à deux étapes pour cette exceptionnelle escalade, de surcroît éprouvante. Les organisateurs marocains étaient soucieux du succès de l’événement.

L’ambiance était conviviale au sein du groupe. Au fil de l’escalade, le manque d’oxygène est devenu un handicap pour Tiriaki Ahmed qui avait pris des risques. Il avait failli abandonner à deux reprises. Les escaladeurs marocains encourageaient l’invité algérien, à la limite de la rupture, qui montait trop lentement la montagne.

La 15e édition d’une durée de deux jours s’est effectuée dans une atmosphère sympathique, marquée par une solidarité entre les participants. Amezzane Mahdi soutenait et applaudissait Tiriaki Ahmed suivant le lent rythme de ses pas. Un compatriote de Amezzane Mahdi, en l’occurrence Imlil Brahim, s’est mis à côté de l’Algérien venu de Constantine, pour marcher avec à son côté dans les ultimes mètres. Tiriaki Ahmed réalise son exploit.

Après un grand soupir, au bout d’un dernier coup de rein, le sommet du mont Toubkal est sous ses pieds, en dépit de l’épuisement. L’escaladeur novice, Tiriaki Ahmed, brandit l’emblème national sous les hourras des participants. Il oublie les souffrances. Il est noyé dans un océan de bonheur et de joie. Avec le recul, Tiriaki Ahmed reconnaît que cette «fugue» lui a suscité l’assurance, la patience, la réconciliation avec l’activité sportive, le goût de l’aventure, la persévérance et la cohésion au sein d’un groupe. Une riche expérience.

Au mois de janvier 2019, touriste à Marrakech, fortuitement, il découvre que la 20e édition du Marathon international dans cette ville touristique se prépare. Immédiatement, il s’inscrit à ce marathon dans lequel les nationalités du monde se croisent. L’appétit est venu en mangeant pour Tiriaki Ahmed. Au mois d’avril 2019, il participe avec succès au Marathon international de Rabat. De nouvelles perspectives s’ouvrent pour le directeur de l’hôtel Rym de Beni Abbès. Il s’est projeté pour participer à une escalade en Tanzanie, le mont du Kilimandjaro (5895 m). Son nouveau projet consistait à atteindre le toit de l’Afrique.

Tout en travaillant dans le grand Algérien, Beni Abbès, il avait entamé sa préparation physique. Il programmait un voyage en Tanzanie au mois de juillet 2020. La Covid-19 a décidé autrement. Le report du défi s’impose. Imperturbable, le dirlo de l’hôtel Rym de Beni Abbès perpétue sa préparation pour le défi.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!