Pour bien réussir la plantation des arbres fruitiers | El Watan
toggle menu
jeudi, 06 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan04042021




Pour bien réussir la plantation des arbres fruitiers

08 avril 2021 à 10 h 13 min

En règle générale, Mahmoud Mendil, ingénieur agronome, conseille de réaliser l’opération plantation avant le mois de mars et de préférence en janvier-février, pour profiter de la période pluvieuse. Pour les rosacées (amandier, cerisier, abricotier, prunier, pommier ,poirier, etc.) dont les plants sont vendus à racines nues, évitez de les acheter et/ou de les planter s’ils sont déjà en végétation. Pour vous assurer de réussir votre plantation, la condition la plus importante est de vous rapprocher d’un pépiniériste agréé, qui saura vous conseiller efficacement. Dans le cas d’une plantation autre qu’un simple jardin, il est conseillé de vous assurer l’assistance d’un bureau  d’études et de réalisation ou de l’Institut technique d’arboriculture fruitière et de la Vigne  (ITAFV), qui pourra vous orienter ou vous accompagner dans la conception et la réalisation de votre investissement. Les espèces arboricoles et viticoles sont constituées de milliers de variétés et de dizaines de porte-greffes, c’est pour cela que l’assistance d’un spécialiste agréé est fortement conseillé le temps de vous rendre compte d’une erreur deux à trois années d’investissements  risquent d’être perdues.

L’agriculture urbaine : Une forme de production en nette régression

Ces fruits qui permettaient autrefois aux Algériens d’accéder à l’alimentation équilibrée deviennent de plus en plus incessibles aux petite et moyenne bourses.  Et quand ils sont proposés à des prix plus ou moins absorbables, leur qualité laisse à désirer.

Autrefois, ces fruits étaient à portée de main. Au-delà de leur prix raisonnable sur le marché, les foyers algériens, même quand ils se situent dans des centres urbains, disposaient de petits jardins ayant alimenté leurs besoins au quotidien.

Que devient actuellement cette agriculture urbaine ?  «On ne peut pas à proprement parler d’agriculture urbaine telle que celle qui existe en Europe actuellement, qui allie des techniques d’irrigation en hors sol (hydroponie, numérisation, substrats spéciaux, etc.)», considère Mahmoud Mendil, ingénieur agronome.

L’ingénieur qui se souvient des djenane (jardins), qui caractérisaient les formes architecturales algériennes, estime : «Chez nous, l’agriculture urbaine correspondait à la réalisation de jardins potagers qui permettaient à certaines familles de disposer de fruits, de légumes et surtout de plantes condimentaires et de volailles à portée de la main.» Malheureusement, cette forme de production a connu une régression depuis la fin des années 1970, comme en constate notre interlocuteur.

La raison ? «Cette évolution est liée à un ‘‘modèle architecturale’’ où le jardin a cédé la place à des surfaces dédiées au commerce et autres activités artisanales, allant même jusqu’à réduire les trottoirs à une portion congrue», regrette M. Mendil. Quel était l’apport de ces petits jardins potagers pour les ménages ?  «Les jardins potagers quand ils existent apportent un complément à la ration alimentaire quotidienne au rythme des saisons. Ils ont une faible influence sur le marché en comparaison avec l’agriculture péri-urbaine», répond M. Mendil.

«Dans ces jardins, en plus d’un plant de jasmin ou de ‘‘Galant de nuit’’ (Mesk ellil), on trouvait un citronnier et un ou plusieurs pieds de vigne en fonction de la surface du jardin, un potager et des rosiers», décrit notre interlocuteur, ajoutant qu’il y avait aussi des propriétés qui ne disposent que d’un jardin d’agréments.

Mais depuis quelques années, note-t-il, nous notons une réapparition des jardins potagers, dans nos villes.  «L’agriculture urbaine comme les espaces verts sont liés à des modèles d’urbanisation qui, eux-mêmes, sont en étroite relation avec le développement économique et social. Pour le moment, il n’y a pas d’agriculture urbaine», conclut-il.

L’agriculture. Prix des fruits sur le marché : «Il faut déterminer le vrai modèle de consommation des Algériens»

L’explication de la hausse vertigineuse des prix des fruits, notamment à l’approche du Ramadhan demeure le déséquilibre entre l’offre et la demande.

Ce motif revient à chaque fois chez les représentants des autorités, les économistes et même chez les petits commerçants, sans pour autant trancher définitivement sur les raisons de ce déséquilibre qui prive une grande partie de la population d’accéder à une alimentation équilibrée. «Bien sûr, les prix sont liés, dans l’absolue, à la loi de l’offre et de la demande», confirme Mahmoud Mendil, ingénieur agronome, spécialiste de l’arboriculture.

Cependant ce dernier estime que «la régulation est nécessaire pour corriger les déséquilibres». Et d’ajouter : «Chez nous, plus que partout ailleurs dans le monde, le producteur et le consommateur sont les dindons de la farce, malgré l’inauguration en grande pompe de marchés de gros.»

Ainsi «pour que la loi de l’offre et de la demande fonctionne de manière transparente et que le consommateur le plus démuni puisse avoir accès aux produits agricoles de base à leur juste prix», dit-il, «l’organisation des filières et de l’interprofession doit faire l’objet d’un réel soutien des pouvoirs publics pour aboutir à une redistribution équitable des profits aux différents maillons de la chaîne de valeur».

M. Mendil exhorte les parties concernées de ne pas refaire l’expérience de la production de la pomme de terre en se penchant sur  le  vrai modèle de consommation des Algériens.  «Pour éviter de retomber dans les mêmes travers vécus avec la pomme de terre et l’oignon, entre autres, compte tenu des changements climatiques, il est fondamental d’ouvrir les champs à un débat sur un modèle de consommation, optimisé ou à défaut minimaliste», préconise-t-il.

Ce spécialiste de l’arboriculture  appelle à l’élimination des  entraves bureaucratiques pour l’accès au foncier agricole ainsi que l’accès à l’eau pour les produits principaux du modèle de consommation. Pour le volet financier, M. Mandil suggère l’accès au crédit dans toutes ces formes, y compris les microcrédits aux exploitations familiales. Et pour inciter les agriculteurs à plus d’efforts, cet agronome propose de mettre en place des primes à la production en fonction d’un seuil de productivité par produits de base.

FIGUIER
Il est préférable de planter à l’automne pour permettre au figuier de s’installer, mais une plantation jusqu’à mi-avril est possible. Si on est obligé de planter pendant les mois de janvier et février, on veillera à protéger le jeune plant de figuier, encore très sensible au froid, par un voile d’hivernage.

 

 

CITRONNIER
Le citronnier des quatre saisons offre un beau feuillage, une floraison parfumée et de bons citrons juteux tout au long de l’année. Un bel arbre ornemental et fruitier. Les plus chanceux recourent à la plantation d’un citronnier au centre des patios de leur habitation ou dans un coin du jardin. Il existerait une quinzaine de variétés répertoriées de citronniers en Algérie dont ce fameux «quatre saisons» qui produit toute l’année.

 

CERISIER
Parmi les arbres fruitiers, le cerisier est l’un de ceux qui demande le moins de soins. De culture facile, avec une écorce très décorative, il est aussi un superbe arbre d’ornement. En avril, sa merveilleuse floraison annonce le printemps. A l’automne, son feuillage prend de magnifique tintes rousses. Trois régions du pays offrent les cueillettes les plus florissantes, celles de Miliana (Aïn Defla), d’Attar (Tlemcen) et de Larbaâ Nath Irathen (Tizi Ouzou).

 

ABRICOTIER
C’est la seconde rosacée à noyau la plus cultivée en Algérie. Elle fait partie des espèces fruitières dites «rustiques». L’abricot fait la légende de la région de N’gaous (Batna). En Algérie, on retrouve deux variétés (pavot et rosé), l’une à N’gaous, l’autre à Menaâ dans la wilaya de Batna. L’espèce de Menaâ est unique au monde par sa blancheur et sa tache rouge. La fête de l’abricot est célébrée à N’gaous chaque 19juin.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!