Plusieurs concepts… un même but | El Watan
toggle menu
samedi, 07 décembre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191207
  • Massage Tunisie




Plusieurs concepts… un même but

28 novembre 2019 à 9 h 50 min

Selon Nouad Amokrane, on distingue plusieurs concepts convergeant vers le même but : l’agriculture raisonnée, l’agriculture de conservation, l’agriculture intégrée, l’agriculture biologique et l’agroécologie.

L’agriculture raisonnée est, selon l’expert, une démarche née dans les années 1990 visant à réduire autant que possible l’usage d’intrants chimiques de synthèse afin de limiter les atteintes à l’environnement, tout en optimisant le résultat économique. «C’est dans la réduction des produits phytosanitaires que les résultats sont les plus notables», assure-t-il.

De son avis, le suivi et l’observation des épidémies peut permettre de réduire le nombre des traitements et leurs impacts. Les analyses de sol et de végétation permettent de limiter les doses d’engrais. L’agriculture raisonnée fait l’objet d’une certification et autorise la mention “issu de l’agriculture raisonnée” pour les produits agricoles. L’agriculture de conservation met, toujours selon M. Amokrane, comme finalité principale la conservation des propriétés physiques, biologiques et de fertilité du sol.

L’expert agronome explique que trois principes en résultent : le recours à des rotations de cultures et des couverts végétaux, la réduction du travail du sol et des tassements induits par des machines sur les parcelles jusqu’à pratiquer le “semis direct” (sans travail du sol), et la restitution au sol des résidus des cultures.

La définition donnée par la FAO insiste d’ailleurs sur le fait que l’agriculture de conservation est un moyen d’atteindre une agriculture durable. L’agriculture intégrée est un concept de langue anglaise (integrated farming) dont la définition ne fait pas l’objet de textes protégés. Selon M. Amokrane, l’élément clé de la définition se réfère à une “approche globale” de la production tendant à réduire l’utilisation d’intrants externes à l’exploitation, à gérer au mieux les ressources naturelles (eau, fertilité), et utilisant les régulations naturelles. L’Agriculture biologique est une agriculture naturelle sans apport d’intrants chimiques.

Selon Nouad Amokrane, en Algérie, elle est différenciée en deux catégories principales : les produits bios non certifiés et les produits bios certifiés. «Dans la première catégorie, il faut mettre une large part de la production relevant de l’agriculture traditionnelle, qui représente la majorité du secteur agricole algérien (70% de la SAU)», explique-t-il.

Selon lui, une grande partie de la population des zones rurales,notamment des montagnes, a accès à ces produits biologiques. L’agriculture bio certifiée qui relève de la seconde catégorie est, quant à elle, à un stade embryonnaire. Il n’existe en effet aucune stratégie nationale propre à définir des objectifs de production et/ou d’exportation pour le présent ou pour les années à venir.

Finalement, malgré plusieurs définitions différentes, celles-ci incluent les trois objectifs principaux du développement durable. Tout d’abord elle vise à créer des systèmes de production économes et autonomes. Elle s’engage aussi à rendre les exploitations viables, écologiquement saines et transmissibles. Enfin, elle cherche à créer des liens et des échanges entre les agriculteurs et les citoyens. Cet objectif vise à rendre les agriculteurs acteurs des territoires et de leur dynamique.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!