toggle menu
vendredi, 17 août, 2018
  • thumbnail of elwatan09072018
  • Alliance Assurances

Oran. Forêt de Canastel : Un petit coin de paradis

08 août 2018 à 9 h 45 min

Qu’on se le tienne pour dit : cette tentation, qui s’apparente à un vœu pieux, relève du domaine du possible, puisque la ville est pourvue de la magnifique forêt de Canastel, cette vaste étendue de verdure qui se situe à Oran-même.

La forêt de Canastel, à l’est de la ville, est l’un des lieux les plus emblématiques d’Oran. D’abord, cette étendue, qui s’étale sur 120 hectares entre Canastel et Belgaïd, est tout simplement le poumon écologique de la ville.

Elle totalise 7 sites forestiers, recensant plusieurs espèces d’arbres, notamment le pin d’Alep, l’Eucalyptus, le doum, l’alpha et la lavande. Des espèces typiquement méditerranéennes, en somme. Quand on s’y rend de bon matin, l’atmosphère se caractérise par un silence de cathédrale.

Ou presque : les chardonnerets chantonnent à tue-tête, de concert avec les grillons, ce qui a pour effet de plonger la forêt dans une ambiance gaie. Si on n’est pas véhiculé, on peut emprunter le transport public. La ligne C, le 31 ou le P1 nous mènent directement du centre-ville à ce coin de paradis.

Arrivés à Canastel, il nous suffit de traverser la principale artère du quartier, et le bois se trouve tout au bout, jouxtant un complexe sportif. A peine foule-t-on le seuil de la forêt, on ressent une agréable sensation : l’air, ici, est plus frais, et on respire bien mieux qu’ailleurs.

Une piste, faite de sable de carrière, a été aménagée ces dernières années, elle débute à l’entrée de la forêt pour échouer, quelques kilomètres plus loin, à la corniche, au flanc d’une colline au-dessus de laquelle on peut apprécier le magnifique spectacle qu’offre la mer Méditerranée.

On peut rester des heures, debout, sans bouger d’un iota, à voir cette mer à perte de vue, tant le spectacle est captivant. De même, lorsqu’on marche le long de cette piste, on ne voit pas le temps passer et ni la chaleur ni la longue distance n’ont raison de la fatigue du visiteur, qui en redemande encore.

Certains préfèrent ne pas trop éreinter leurs guiboles et faire cette promenade à vélo. A cette occasion, il faut savoir qu’un petit magasin, non loin du lieu où débute la forêt, propose des V.T.T à la location. De part et d’autre de la principale allée de la forêt sont aménagées des aires de jeu, notamment pour la pétanque, dont les travaux tirent à leur fin.

Le matin, la forêt est relativement vide, seuls quelques sportifs viennent effectuer leurs exercices matutinaux. Par contre, l’après-midi, le décor change du tout au tout : le lieu se retrouve investi par des centaines de personnes, des «footingueuses» et des «footingueurs», des promeneurs solitaires, des couples d’amoureux, des familles entières, des groupes d’ami(e)s, et puis ceux qui ne viennent à cet endroit, en fin de journée, que pour profiter du spectacle époustouflant, celui du coucher de soleil, qui enflamme la baie d’Oran et donne à la mer des reflets dorés.

Certains téméraires ont découvert des pistes descendant la colline pour buter sur des petites criques sauvages. Depuis, des randonnées sont souvent organisées, notamment le week-end, pour aller faire trempette dans ces flots bleus, mais où néanmoins il faut se munir de sandales, tant les galets, parfois pointus, remplacent le sable chaud et risquent d’agresser le pied.

La Conservation des forêts, avec le concours de certaines associations, organisent périodiquement des actions de volontariat pour nettoyer la forêt. A cela, on interdit catégoriquement tout pique-nique au sein de ce site forestier, pour des raisons d’hygiène. Il est vrai que la fois où nous y sommes rendus, la forêt ne rebutait pas par un décor de saleté, bien au contraire, tout était clean, soigné, élégant.

Cela dit, beaucoup déplorent l’inexistence de bacs à ordures le long de l’allée principale de cette forêt, cela aura pour effet, à coup sûr, de faire revenir les éventuels pollueurs à de meilleurs sentiments. Enfin, il faut savoir que la ville d’Oran est dotée d’un autre «bijou» tout aussi précieux, qui peut faire la joie des randonneurs, des promeneurs et des amoureux de la nature. Il s’agit bien sûr de la Promenade Ibn Badis, qui se situe tout à fait à l’antipode de la forêt de Canastel, à l’entrée ouest d’Oran, surplombant, d’un côté le quartier de Sidi El Houari, et de l’autre, le port d’Oran.

Sauf que ce lieu, qui regorge de plusieurs espèces végétales et d’arbres centenaires, notamment des dragonniers, se trouve aujourd’hui dans un bien triste état. Il serait judicieux de faire appel à des paysagistes dignes de ce nom pour le réhabiliter au plus tôt. Oran sera alors cernée, à l’ouest par cette magnifique Promenade, et à l’est par la forêt de Canastel. Elle deviendra, de facto, une ville verte par excellence…

Lire aussi

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!