Les enfumades du Dahra : Pour que nul n’oublie | El Watan
toggle menu
mardi, 25 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021




Les enfumades du Dahra : Pour que nul n’oublie

04 septembre 2019 à 8 h 45 min

En compagnie des responsables de l’association Les amis de Miliana arts et culture, la caravane «Une ville une histoire» s’est arrêtée dans un lieu d’histoire, voire d’un crime de guerre. Il s’agit des enfumades du Dahra perpétrées le 18 juin 1845.

IIs ont été plus d’un millier de personnes de la tribu des Ouled Ryah qui ont été enfumées dans ces grottes. Hommes, femmes et enfants ont pris refuge dans cette grotte d’El Farachih, sans savoir que l’armée française allait les asphyxier.

Ces milliers de personnes ne savaient pas qu’elles se dirigeaient vers leur tombe. L’histoire retient les noms des criminels français ayant perpétré ce crime contre une peuplade démunie de toute arme, sans défense, sauf celle de se réfugier dans une grotte proche d’une source d’eau pour ne pas mourir assoiffée. Il s’agit des colonels Pélissier et Bugeaud qui, harassés par la résistance des Ouled Ryah, alliés de Boumaza, ont décidé d’enfreindre toutes les règles de guerre et de l’humanité.

En exécutant les ordres du colonel Bugeaud, son supérieur, le colonel Pélissier a ordonné à ses soldats de mettre le feu aux innombrables bûchers ceinturant les cinq ouvertures des grottes. Plusieurs fascines enflammées sont jetées du haut des rochers devant l’entrée des grottes. Le millier de personnes est alors pris au piège dans l’horreur. Le lendemain, ils, femmes, enfants, des nouveau-nés et des hommes, ne sont qu’une bouillie de chair humaine et de cadavres calcinés.

Un crime crapuleux traduit aujourd’hui dans le film de Abderrahmane Mostefa. Ce film documentaire est appelé Les enfumades du Dahra : le crime de la civilisation. D’après ce que nous avons appris sur place, le colonisateur aurait encore une fois ciblé ces grottes par des bombardements afin d’éviter que les moudjahidine ne s’y réfugient. Aujourd’hui, une simple résonance de voix risquerait de tout faire s’écrouler. 174 ans après, des ossements sont toujours découverts. Ils sont placés dans le musée situé non loin des grottes, lieu du crime contre l’innocence.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!