Impact sur les nappes phréatiques | El Watan
toggle menu
jeudi, 01 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan07092020





Impact sur les nappes phréatiques

10 septembre 2020 à 11 h 30 min

Selon les experts, la contamination des nappes phréatiques dépend de la profondeur de ces dernières. D’ailleurs, M. Kessasra estime que du moment où les puits et forages sont dits artésiens, c’est qu’ils répondent à une structure hydrogéologique bien particulière.

L’artésianisme résulte d’une mise sous captivité de la nappe d’eau, sous pression induite par la présence d’une couche imperméable sous-jacente, l’eau jaillit en jet. «Du coup, la nappe exploitée semble, de prime abord, protégée car la couche imperméable, généralement argileuse, ou marneuse retiendrait et immobiliserait les polluants sous des conditions thermodynamiques de stabilité», assure le spécialiste.

Dans certains cas de figure comme à Ouargla et Touggourt, M. Kessasra explique que la nappe d’eau exploitée par les forages est surmontée d’une couche argileuse d’épaisseur variable par endroit et d’une nappe phréatique sableuse, le tout peut aller jusqu’à 200 m d’épaisseur.

«Donc, pour qu’un polluant puisse atteindre de telles profondeurs, sur une échelle de temps c’est assez lent comme processus», rassure-t-il. Cependant, le risque provient, toujours selon le spécialiste, de l’oued dont les eaux sont souillées de pétrole. «Dans ce cas, les échanges oued-nappe contribuent à transférer les hydrocarbures de l’oued vers la nappe phréatique, d’autant que la nature sableuse de la région favoriserait ces échanges primordiaux pour le système hydrogéologique», prévient-il.

Selon lui, les puits moins profonds qui captent la nappe phréatique seront assujettis à une probable contamination, tandis que les forages plus profonds qui captent a priori la nappe du complexe terminal seront épargnés. «Mais ayant travaillé sur la région de Ouargla, Hassi Messaoud et Touggourt, la nappe mio-plio-quaternaire, la nappe phréatique superficielle est quasiment en rabattement chronique, polluée par la remontée des eaux, un phénomène problématique de tout le bassin hydrogéologique du sud-est et du coup elle semble très peu convoitée», affirme-t-il.

De son côté, M. Bouzid assure que la nappe phréatique sera sûrement touchée par les infiltrations de ces huiles et par conséquent les rendre nocives pour l’environnement en général et pour l’agriculture intensive naissante dans ces régions. «Nous savons que le palmier-dattier Phoenix dactilyfera est l’un des piliers de l’agriculture saharienne», affirme M. Bouzid, qui assure que cette plante qui ne commence à donner une production qu’à partir de la cinquième année voire septième, peut être productive jusqu’à 80 ans. Selon lui, le fait de déstabiliser cet écosystème (palmeraie), engendre des désastres dont nous ignorons les conséquences.

En revanche, la saison des pluies compliquera la situation, ajoute M. Kessasra, car la pluie introduira les polluants de surface par effet d’infiltration verticale et contaminera les premiers mètres en profondeur. «Sur un autre volet, il est entendu qu’il faille arrêter immédiatement les pompages aux alentours du site, cela s’accompagnera par l’établissement d’un périmètre de protection. Tout pompage d’eau ne va qu’accélérer le déplacement du polluant et son introduction dans la nappe d’eau. Car un pompage induira un gradient hydraulique (une pente hydraulique) et facilitera davantage le déplacement», conclut-il.



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!