Comment la génération y ringardise le système | El Watan
toggle menu
jeudi, 23 mai, 2019
  • thumbnail of 20190522

Une contestation par l’humour et l’ouverture sur le monde

Comment la génération y ringardise le système

14 mars 2019 à 10 h 00 min

De nos douleurs naît la dérision. L’humour est mis au service de la contestation, souvent avec finesse et malice. Une nouvelle génération branchée et très connectée ringardise les hommes du pouvoir.

– Netflix, feuilletons et dessins animés convoqués

Les manifestants convoquent des éléments de la culture populaire, comme Si Mahklouf El Bombardi, personnage célèbre du film Carnaval fi dechra, interprété par l’inénarrable Athmane Ariouet, mais aussi des films américains, des séries et même des dessins animés. La petite Dora l’exploratrice s’affichait sur les pancartes des marcheurs «Où est Bouteflika, je ne le vois pas», dit-elle, auprès de son ami Chipper, grimé en Ahmed Ouyahia.

Maître Yoda a également été aperçu dans les rues algériennes, assurant que «la force est du côté du peuple algérien», de même que Chuck Norris, qui confirme son désaveu pour le cinquième mandat. A cela s’ajoutent des références à quelques stars des réseaux sociaux, à l’exemple de l’humoriste Amine Radi et de sa célèbre phrase «Va dormir va !» adressée ici au Président. Notons également les références aux tubes du chanteur Soolking, dont les manifestants retiennent la phrase «Notre histoire, on l’écrira nous-mêmes».

– Surenchère de slogans

Les jeunes manifestants ont déployé des trésors d’imagination qui feraient pâlir d’envie les grandes agences de marketing. Les manifestants se sont voulus tour à tour, sarcastiques («Bouteflika, lève-toi de ton trône, ceci n’est pas une tasdira»), rêveurs à travers les paroles du titre  Imagine, de John Lennon remaniés à leur sauce («Imagine, there’s no Boutef, and no FLN too… Imagine all the Algerians living life in peace»).

Ou clairement désapprobateurs : «Non à la culture du cachir» (le saucisson algérien étant devenu le symbole des sbires du système ).«Je ne me suis pas donné autant de mal pour qu’ils soient mangés par les poissons», écrit, quant à elle, une mère de famille.

Les fans de foot se aussi fait remarquer à travers leur «J’en Neymar de vous», avec une photo du joueur du PSG au milieu de la pancarte. De leur côté, les étudiants en médecine ont établi leur diagnostic : selon eux, même des maladies aussi sévères que le cancer n’ont que quatre stades. Le président ne serait, à les croire, qu’une cellule cancéreuse, il serait impérial d’enlever toutes les tumeurs. L’on préconise, par ailleurs, une «mafia-ectomie» avec «ablation du gouvernement».

– Haro sur le cadre

C’est peut-être l’image qui horripilera le plus les contestataires, celle du cadre du président Bouteflika que des membres du gouvernement se levaient pour saluer «la photo». L’un des premiers slogans des manifestants n’était autre que «Ma3andnach raïs, 3adna taswira» (Nous n’avons pas de président, nous avons une photo». Un manifestant ajoute sur une pancarte : «J’ai voulu me rendre au travail ce matin, alors j’ai envoyé mon cadre à la place.»

Quoi de plus normal de retrouver dans les manifestations des dizaines de cadres vides, comme une métaphore de l’invisibilité du pouvoir. Et puis, lorsque le Président a promis, dans une énième ruse, qu’il n’y aura pas de cinquième mandat, les manifestations soufflent : «Nous avons enlevé le cadre, il ne reste plus que les clous qui le fixaient.»

– Génération digitale

Les jeunes manifestants parlent un langage en déphasage avec les mots usés des tenants du  pouvoir algérien. Ils insistent sur le fait que le système a besoin d’être «rebooté», terme utilisé en cas de redémarrage de l’ordinateur. Les jeunes exigent un président HD (haute définition), en lieu et place du «4 kilo-octets» qu’on leur propose. En d’autres termes, les manifestants voudraient appuyer sur les touches «ctrl Alt suppr», nécessaires pour restaurer tout système informatique.

Les logos des plus grands sites sont remixés, à l’exemple de «YouNamar» pour Youtube. Les «gamers», amateurs de jeux vidéo, ne sont pas en reste : «On ne veut pas changer de personnage, scandent-ils, mais tout votre jeu». Et d’asséner : «Game Over».

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!