A l’ère de la transformation digitale | El Watan
toggle menu
mardi, 25 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190625
  • Pub Alliance Assurance

African Cyber Security Summit

A l’ère de la transformation digitale

11 juin 2019 à 10 h 00 min

L’African Cyber Security Summit revient pour une 7e édition, du 10 au 11 juin, au Centre international de conférences Abdelatif Rahal (Alger).

Cette édition sera lancée une année après la promulgation de la loi 18-07 du 10 juin 2018, relative à la protection des personnes physiques dans le traitement des données à caractère personnel, afin de mettre la lumière sur les obligations légales, organisationnelles et techniques des entreprises privées, publiques et des administrations et faire un état des lieux sur l’expérience des entreprises dans sa mise en application.

Pour les entreprises, cette loi induit un changement de paradigme dans la protection des données personnelles et induit un profond changement dans leur organisation, où la protection des données personnelles devra désormais faire partie intégrante de leur stratégie.

Cela suscite de nombreuses réflexions, notamment : sommes-nous prêts à adapter nos activités pour nous conformer aux nouvelles exigences ? Sommes-nous conscients de ce qui nous attend en termes de charge de travail et d’investissements ?

Avons-nous les personnes pour le faire ? Par où commencer ? Et surtout quelles démarches adopter ? Les entreprises de toutes tailles, administrations et collectivités qui traitent des données à caractère personnel sont concernées.

La protection des données à caractère personnel repose sur plusieurs piliers, dont un, essentiel : la sécurité. La loi affirme ainsi l’importance d’apprécier et traiter les risques sur les personnes.

Elle exige notamment des entités concernées, la mise en œuvre de «mesures techniques ou organisationnelles appropriées», qui peuvent notamment inclure le «chiffrement des données», la lutte contre la fuite de données, la sauvegarde, ou encore la protection contre l’accès illicite et des «moyens permettant de garantir la confidentialité, l’intégrité, la disponibilité et la résilience». 

Le principal enjeu de l’Identité numérique (IN) administrative est celui des dangers de l’usurpation d’identité, qui peut donner lieu à des fraudes.

Par exemple, un tiers peut voler ou falsifier des renseignements personnels pour obtenir un prêt bancaire, des cartes de crédit, ouvrir un compte bancaire (marge de crédit), détourner des fonds, obtenir des documents officiels gouvernementaux (permis de conduite, carte d’assurance sociale, passeport), en lien avec les informations sur la personnalité́, entacher la réputation d’une personne.

La confidentialité, l’accès et l’utilisation des renseignements personnels faisaient avant le numérique l’objet d’une protection législative.

Maître Hind Benmiloud, avocate spécialiste des TIC, avait déclaré : «La biométrie est une avancée extraordinaire, ça facilite la vie au citoyen, mais est-ce que nous avons la garantie que ceux qui manipulent nos informations veillent sur la confidentialité et la sécurité ?»

La carte chifa, par exemple, renferme des données sensibles de santé, or on ne sait pas qui la manipule. Il se pourrait qu’un individu qui travaille dans le secteur puisse donner l’information à un employeur. 

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!