Les étranges «révélations» sur le chahid Fernand Iveton | El Watan
toggle menu
samedi, 04 juillet, 2020
  • thumbnail of elwatan04072020




Les étranges «révélations» sur le chahid Fernand Iveton

02 mars 2020 à 9 h 00 min

l’instar de beaucoup de citoyens et moudjahidine, compagnons de lutte du chahid Fernand Iveton, j’ai été stupéfait et scandalisé de lire l’article consacré à ce personnage par votre journaliste sous le titre qui se voulait énigmatique : «Comment s’appelait en réalité Fernand Iveton», article paru dans El Watan du 27 février 2020. ( https://www.elwatan.com/pages-hebdo/histoire/lanniversaire-de-son-execution-a-ete-celebre-le-11-fevrier-dernier-comment-sappelait-en-realite-fernand-iveton-27-02-2020 )

Cet article, qui voulait annoncer un scoop en ternissant la mémoire du chahid Iveton et, partant, mettre des «moudjahidine» en mal de notoriété sous les feux de la rampe, a eu un effet contre-productif. 64 ans après l’exécution de cet authentique chahid, des énergumènes sortis de l’ombre nous racontent une histoire digne des films d’espionnage, qui porte atteinte à la mémoire de Fernand Iveton. Cette surenchère n’avait pas lieu d’être en ce mois de commémoration de l’exécution de ce chahid.

Selon le moudjahid Felix Colozzi, compagnon de lutte et de détention du chahid, lequel vit toujours à Alger, ainsi que le moudjahid Abdelkader Guerroudj (ancien condamné à mort), responsable de la cellule de résistants dans laquelle activait Iveton, les 3 moudjahidine cités dans l’article n’ont jamais connu ni rencontré, ni milité avec Iveton ni avec son groupe.

L’article en question était bourré de contre-vérités et pour cause, il n’existait pas de prison à Birtraria, mais plutôt un camp de prisonniers. Quant à Fernand Iveton, il n’avait jamais mis les pieds dans ce lieu.

D’après le fils de M. Benmoussa, son père a été obligé par l’armée française de faire un témoignage filmé pour dire qu’il n’avait pas été torturé. Pour les moudjahidine qui connaissent les affres de la torture et les pratiques de l’armée française, cette histoire relève d’un pur fantasme.

Même les figures emblématiques de notre Révolution n’ont pas eu droit à ce «privilège». A quoi joue M. Benmoussa fils en voulant entretenir le «suspense» pour révéler le «vrai» nom de Fernand Iveton ? Ce faisant, il est en train de porter atteinte à l’image d’un chahid qui mérite un hommage appuyé.

Gloire à tous nos martyrs !

 

Merzak Chertouk,  un citoyen qui défend  la mémoire du chahid  Fernand Iveton



S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!