Ville de Rennes (Bretagne) : Un jardin public au nom de Matoub Lounès | El Watan
toggle menu
vendredi, 18 octobre, 2019
  • thumbnail of elwatan20191017





Ville de Rennes (Bretagne) : Un jardin public au nom de Matoub Lounès

25 juin 2019 à 9 h 48 min

La ville de Rennes (région de Bretagne- ouest de la France) a décidé officiellement d’attribuer le nom de Matoub Lounès à un jardin public. C’est ce qu’a confirmé à El Watan Jocelyne Bougeard, adjointe de la maire, Nathalie Appere.

Le conseil municipal de la capitale bretonne a, en effet, voté à l’unanimité une délibération, en date du 21 janvier 2019, portant sur des dénominations de voies et d’espaces, dont celui du jardin Lounès Matoub.

Sous forme de square, au milieu d’un grand espace vert en cours d’aménagement, dans le quartier Saint-Martin, ce lieu est situé à quelques pas de la Maison de la poésie de Rennes.

Tout un symbole ! Ledit équipement urbain, qui sera livré dans deux à trois ans, selon la même source (voir l’interview ci-après), portera au moment de son inauguration une plaque bilingue français-breton, mentionnant le texte suivant : «Poète kabyle, auteur-compositeur-interprète assassiné (1956-1998)».

Ainsi abouti, le projet cher à l’association socio-culturelle Amazigh Breizh, anciennement Association culturelle des Berbères de Bretagne (ACBB), a été créé à Rennes en juin 1995. Remontant à 2015, l’idée de baptiser un espace public dans cette ville au cœur de la Bretagne au nom du chantre de l’amazighité et de la démocratie, en Algérie et en Afrique du Nord, est celle de Mohand Lamraoui, alors fraîchement élu président de l’ACBB.

«Notre objectif au départ était de rendre hommage au parrain de notre association, fondée après sa venue à Rennes en 1995. J’ai donc, au nom de l’ACBB, proposé à la mairie le projet d’attribution de son nom à une rue. Effectivement, une lettre et un dossier ont été officiellement déposés le 15 mai 2015.

Ensuite, plusieurs rencontres ont été organisées dans ce sens avec des élus, notamment Anna Sohier, Emmanuelle Roussel et Jocelyne Bougeard. Et à l’occasion de la célébration de Yennayer 2016, Mme Roussel a annoncé que le conseil municipal avait donné son accord de principe», précise notre interlocuteur, avec fierté.

Dans sa demande initiale, dont une copie a été mise à notre disposition, M. Lamraoui avait plaidé pour lae dénomination d’«une rue Matoub Lounès à Rennes (comme) meilleur hommage qu’on puisse rendre à celui qui a consacré sa vie pour le triomphe des libertés et de la démocratie, et par-là même à tous les peuples qui ont les mêmes aspirations».

Deux autres arguments factuels y étaient mis en avant. Premièrement, son assassinat a suscité une forte émotion à Rennes, comme en témoigne le livre d’or de la mairie. Et pour cause, l’artiste n’était pas tout à fait un inconnu pour les Rennais. Il a été même reçu par le maire Edmond Hervé le 30 mai 1995, à l’occasion d’un concert à la salle mythique La Cité, où il a laissé une très bonne impression.

Deuxièmement, une quinzaine de lieux, entre rues et autres espaces publics, portent déjà son nom en France (Paris, Montreuil, Aubervilliers, Saint-Martin-d’Hères, près de Grenoble, Vaulx-en-Velin, près de Lyon, Pierrefitte-sur-Seine, Argenteuil, Arcueil, Sarcelles, Dijon, Saint-Étienne, Nancy, etc.).

Le 25 juin 2018, à l’occasion de la commémoration du 20e anniversaire de l’assassinat du Rebelle, Meriem Mettouchi – succédant à M. Lamraoui à la présidence de l’association porteuse du projet – a relancé le dossier à travers un appel adressé aux autorités locales rennaises, en leur rappelant surtout que la démarche en question était «dictée par notre souci que le combat noble universellement reconnu de Matoub Lounès ne soit pas oublié».

Le même jour, un rassemblement est organisé à la place de la Mairie, coïncidant avec la tenue d’un conseil municipal, pour presser la municipalité à concrétiser le projet de dénomination promise trois ans auparavant. «Notre action, marquée par la présence de Mme Bougeard, chargée de suivre le dossier, semble avoir porté ses fruits et accéléré le processus d’attribution du nom de Lounès Matoub à un espace public», se réjouit Mme Mettouchi.

Contente de cette décision, elle a adressé un courrier de remerciements à Mme Appere, où elle a exprimé la satisfaction des adhérents de l’association, mais aussi de toute la communauté berbère de Bretagne.

«Il s’agit là, Madame la maire, d’un symbole fort qui marque la solidarité et l’attachement de la ville de Rennes à tous les combats de par le monde, qui promeuvent la liberté, la démocratie, la pluralité, les droits de l’homme et l’amitié entre les peuples. Des valeurs portées haut et fort par Matoub Lounès», lit-on sur le document.

Tout en nous réaffirmant sa joie par rapport à l’issue favorable de cette quête, Mme Mettouchi a tenu à «rendre hommage à tous ceux qui ont contribué, de près ou de loin, à la réussite de ce projet, particulièrement à tous les membres et amis de l’association».

Par ailleurs, elle a émis le souhait que la ville de Rennes attribue, dans les quelques années à venir, le nom d’une femme berbère à une rue ou un autre lieu public, avançant les noms des écrivaines-poétesses, Taos Amrouche et Fadhma Ath Mansour Amrouche, qui est, pour rappel, enterrée à Baillé (un village à 40 km de Rennes). 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!