Malgré ses belles intentions, le plan anti-pauvreté critiqué par les associations humanitaires | El Watan
toggle menu
lundi, 28 novembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

9 millions de pauvres, dont 3 millions sont des enfants

Malgré ses belles intentions, le plan anti-pauvreté critiqué par les associations humanitaires

18 septembre 2018 à 0 h 05 min

Le président Macron, à qui on reproche d’être le président des riches, tente de faire un virage à gauche en annonçant un plan anti-pauvreté «ambitieux». Mais va-t-il combler tous les retards accumulés depuis des années dans ce domaine ?

En France, la vie devient de plus en plus dure. Pas uniquement pour les pauvres, mais aussi pour les ouvriers et les employés qui ne gagnent pas plus que le SMIC. Pourtant ce pays est classé sixième puissance économique mondiale. Il faudrait, par exemple, six générations pour qu’un enfant pauvre intègre la classe sociale moyenne. Les associations tirent la sonnette d’alarme. Dans son dernier rapport, l’association Abbé-Pierre affirme que si rien n’est fait rapidement, la pauvreté augmentera encore davantage et touchera de nouvelles classes sociales. Un vrai casse-tête pour le gouvernement qui vient de rendre public son plan anti-pauvreté.

Pour Emmanuel Macron, «le quotidien de précarité n’est pas celui de quelques accidentés, mais celui de 9 millions de Français, dont 3 millions d’enfants», a-t-il déclaré lors de la présentation de son rapport à la fin de la semaine dernière.

Macron, président des riches ?

Il a ajouté : «Avec la pauvreté vient la peur de ne pas donner autant qu’on voudrait à ses enfants, l’épuisement. Etre pauvre n’est pas une situation, c’est un combat de chaque instant.»

Prévue depuis plusieurs mois, l’annonce de ce plan a été maintes fois reportée.

La dernière fois, c’était en juillet 2018. Mais le président n’a pas «voulu perturber les Français qui étaient occupés à suivre la Coupe du monde de football», ce qui lui a valu d’être taxé de «président des riches» et d’être considéré comme insensible à la souffrance des Français.

Sa déclaration, dans laquelle il avait dit que «l’Etat mettait un pognon de dingue dans les aides sociales», a choqué les associations d’aide aux personnes en difficultés. Celles-ci ont dénoncé un «président qui a rendu plusieurs milliards d’euros à des entreprises du CAC 40 et autres riches français» .

En présentant enfin son plan anti-pauvreté, Macron a cherché à redorer son blason auprès des classes populaires et les campagnes, qui l’accusent d’être «déconnecté de leur vie».

C’est aussi une démarche stratégique, qui intervient à quelques mois seulement de la mi-mandat du président français.

Des petits-déjeuners gratuits pour les enfants pauvres

Le président français a annoncé un train de mesures visant à lutter contre la pauvreté, en y consacrant une enveloppe de 8 milliards de dollars sur 4 ans. Cette somme d’argent, inédite en France, sera utilisée pour améliorer le quotidien des personnes pauvres à tous les niveaux, et ce, en octroyant plus de moyens aux communes et aux départements qui sont à l’avant-garde de la lutte contre le déclassement social.

Alors qu’un rapport de la fondation Abbé-Pierre avait confirmé que des millions d’enfants ne consomment qu’un repas par jour, Emmanuel Macron a proposé d’offrir des petits-déjeuners gratuits à tous les enfants vivant dans des communes et zones rurales pauvres, ainsi que des déjeuners à un euro. «Je ne veux pas  d’un plan qui permette aux gens pauvres de vivre mieux la pauvreté. Je veux leur donner la possibilité d’en sortir», s’est-il justifié, assurant que «des moyens supplémentaires vont être alloués pour la formation et l’apprentissage afin d’éviter la déperdition scolaire».

«Macron a oublié de loger les mal-logés»

En France, chaque année, 150 000 enfants quittent le système scolaire sans avoir obtenu le moindre diplôme. Aussi, pour permettre aux chômeurs et à tous ceux qui touchent le RSA (Revenu solidarité active, environ 400 euros par mois) de s’en sortir, l’Etat va proposer des formations diplômantes qui ouvrent des opportunités au travail, mais aussi coupler toutes les aides sociales en une seule. L’Etat français est critiqué par plusieurs associations d’aide sociale. Elles estiment que sous la houlette de Macron, les efforts sont plus consentis en direction des riches à qui il a accordé beaucoup de privilèges et de baisses d’impôts.

Mais force est de constater qu’aucun président passé n’a consenti 8 milliards de dollars d’aide pour un plan de pauvreté. «Ce plan pauvreté n’est pas un plan de charité. Il est au cœur du projet éducatif, d’activité, humaniste que je forme pour notre nation» , a-t-il insisté dans son discours.

Certaines associations ont cependant trouvé le plan de Macron incomplet. Comme l’association Les petits frères des pauvres, qui a jugé que le plan de Macron avait oublié les personnes âgées, qui vivent dans «un isolement total».

Idem pour l’association Droit au logement, qui a critiqué Macron pour avoir «mal logé les sans-logement». «Rien de neuf sur le logement. Pas un mot sur les APL, soutien à la loi Elan qui met en place des mesures anti-pauvres, rien pour protéger les victimes des marchands de sommeil ou loger les sans-abri et les habitants des bidonvilles, (la) gentrification des quartiers populaires HLM se poursuit… Macron a oublié de loger les mal-logés», a déclaré l’association dans un communiqué. 


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!