«Les arguments utilisés contre l’immigration sont faux» | El Watan
toggle menu
mercredi, 29 juin, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

SOLIDARITÉ ET DIGNITÉ

 «Les arguments utilisés contre l’immigration sont faux»

21 décembre 2021 à 10 h 00 min

D’où que l’on vienne, d’où qu’on soit né, notre pays s’appelle solidarité», c’est sous ce mot d’ordre que pas moins de 337 organisations signataires ont souhaité réagir aux propos politiques nauséabonds visant les communautés étrangères qui vivent en France.

Des dizaines de petites ou grandes associations solidaires avaient aussi rejoint l’appel à manifester samedi, soutenus par des centaines de signatures individuelles exprimant leur rejet du racisme sous ses formes. Les actions se poursuivront tout au long des premiers mois de 2022, ont annoncé les organisateurs.

Dans leur texte, les signataires expliquent que la France «ne fait pas la guerre si ce n’est au fascisme, au colonialisme, au racisme, à l’injustice et aux inégalités.»

Ils refusent tout net d’être une «pays… isolé, atomisé, soumis. Il existe dans tout ce qui relie, regroupe, donne confiance et lutte.» Plus lyrique, dans la grande tradition humaniste que les organisations veulent faire revivre, ils estiment que le pays «est en grand danger.

Il doit sortir, se montrer, se lever. Vivre. Car notre pays brûle. Il s’appelle Avenir. Car notre pays est étouffé. Il s’appelle Liberté. Car notre pays se meurt. Il s’appelle Egalité. Car notre pays est opprimé. Il s’appelle Dignité.»

A contrario, des propos lance-flammes de l’extrême-droite, ils s’insurgent : «Si la planète brûle, cela n’a rien à voir avec les migrations, nos couleurs de peau, nos origines, nos religions. Le monde n’attend qu’une étincelle pour exploser et certains nourrissent l’incendie qui nous menace.

Nous dénonçons toutes les formes de racisme dont l’islamophobie, l’antisémitisme, l’anti-tziganisme, la négrophobie et le racisme anti-asiatique. Nous exigeons notamment la fin des contrôles au faciès, l’abrogation de la loi dite ‘‘séparatisme’’, le respect du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, la fin des dominations économiques, militaires et politiques, en particulier la Françafrique.»

Autant de formules à l’emporte-pièce, ramasse-tout, mais qui tranchent avec les torrents haineux qui déferlent des grands médias ces derniers mois.

S’ils souhaitent moins de violence policière, notamment contre les migrants, et la suppression de tous les «murs qui s’érigent partout dans le monde pour séparer et contrôler les peuples», ils estiment surtout que les «arguments utilisés contre l’immigration sont faux économiquement et ne servent qu’à justifier les mesures qui amplifient monstrueusement le racisme et les inégalités sociales. L’oppression et la surexploitation des migrants aggravent les conditions de tous les salariés. (…) Nous exigeons notamment la régularisation des sans-papiers.»

A Paris, la préfecture n’avait pas autorisé la manifestation nationale à s’élancer de la place de la Concorde : «Le Palais de l’Elysée, l’Assemblée nationale, le Sénat et le Premier ministère se trouvent dans un périmètre dans lequel des mesures particulières et renforcées de sécurité sont assurées en permanence, notamment dans le contexte actuel de menace terroriste qui demeure à un niveau élevé.

Par conséquent, le secteur de ces institutions ainsi que les voies adjacentes ne sont pas appropriés pour accueillir les manifestations revendicatives.» Après négociation, les organisateurs se sont rabattus sur la place de Clichy. Près de la zone aujourd’hui la plus habitée par les populations d’origine étrangère.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!