Réfugiés : Le HCR s’inquiète des disparitions en Méditerranée | El Watan
toggle menu
lundi, 26 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190826



  • Pub Alliance Assurance


Réfugiés : Le HCR s’inquiète des disparitions en Méditerranée

08 janvier 2019 à 9 h 00 min

P lus de 2240 personnes ont trouvé la mort ou sont portées disparues depuis leur tentative de traversée en 2018, et ce, malgré une baisse significative du nombre d’arrivants. «Le HCR se félicite du travail des navires ONG de recherche et de sauvetage pour leur rôle essentiel dans la prévention d’un bilan plus élevé».

En 2019, l’agence onusienne juge qu’il est «essentiel de mettre fin à l’approche actuelle bateau par bateau». Selon le HCR, «les Etats doivent mettre en œuvre un mécanisme régional qui donne aux capitaines de navires des indications claires et prévisibles sur l’endroit où débarquer les réfugiés et les migrants secourus en Méditerranée». Le HCR appelle les Etats à «proposer d’urgence des ports sûrs pour l’accostage de deux navires ONG se trouvant actuellement en Méditerranée, ainsi que le débarquement de 49 réfugiés et migrants secourus, dont de jeunes enfants».

Ainsi, il fait état de «32 personnes qui sont à bord du Sea Watch 3 depuis le 22 décembre et 17 autres ont été secourues par le Sea Eye en date du 29 décembre». Pour le HCR, «le temps presse et il est essentiel d’agir rapidement. Un épisode de mer agitée est annoncé et les conditions à bord de ces bateaux pourraient se détériorer. Il est temps de faire preuve d’autorité politique, conformément aux valeurs fondamentales d’humanité et de compassion, afin d’assurer un débarquement en toute sécurité et d’acheminer ces 49 personnes vers un port sûr», a déclaré Vincent Cochetel, envoyé spécial du HCR pour la Méditerranée centrale.

«Les négociations sur quels Etats les recevront ensuite ne doivent avoir lieu que dans un second temps, quand ces personnes auront été débarquées et hors de danger». Le quotidien La Provence, édité à Marseille, où le navire Aquarius a fini sa carrière mouvementée de sauvetage, donne d’autres chiffres tirés du rapport du HCR : «En 2017, le nombre d’arrivées par la mer s’élevait à 172 301 et 3 139 personnes étaient estimées ‘‘mortes ou portées disparues’’ dans leur tentative de traversée, selon les chiffres mis à jour par le Haut-Commissariat de l’ONU aux réfugiés (HCR) sur son site internet.

Le niveau des arrivées a également chuté par rapport au ‘‘pic’’ de 1,015 million enregistré en 2015». Le journal ajoute : «Pour 2018, si l’on ajoute près de 7000 migrants enregistrés dans les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla, en territoire africain, on obtient un total de 120 205 arrivées en Europe.»

Quant aux destinations, on apprend que «l’Espagne est redevenue l’an dernier la première porte d’entrée en Europe, avec 55 756 arrivées par la mer (contre 22 103 en 2017). L’Italie, où le gouvernement au discours très anti-migrants a fermé les ports aux bateaux humanitaires cet été, elle a enregistré 23 371 arrivées l’an dernier, en chute libre par rapport à 2017 (119 369), et la Grèce 32 497. En 2018, le premier pays d’origine des migrants était la Guinée (13 068 personnes), suivie du Maroc (12 745) et du Mali (10 347). La Syrie n’était que le quatrième pays d’origine des arrivants, suivie de l’Afghanistan et de l’Irak».


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!