Football et révolution : L’Institut du monde arabe balle au pied | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821
  • Pub Alliance Assurance





Football et révolution : L’Institut du monde arabe balle au pied

16 avril 2019 à 9 h 24 min

Et si on réfléchissait au rôle que jouent les pays du monde arabe au sein de la planète foot. Le football, jeu devenu folie mondiale, dit beaucoup de choses sur les enjeux politiques et sociaux structurant le monde arabe depuis le début du XXe siècle.

C’est le parti pris de l’Institut du monde arabe qui abrite jusqu’à la fin juillet l’exposition «Foot et monde arabe, la révolution du ballon rond».

Le foot accompagne les révolutions. Les Algériens en savent quelque chose. Durant la guerre de Libération nationale, les joueurs professionnels du ballon rond laissent tomber argent, honneur et succès dans les stades français et internationaux pour rejoindre les combattants de la liberté. L’équipe nationale du FLN sera comme un porte-drapeau de l’idéal populaire de liberté.

Crampons aux pieds, les footballeurs de l’EN seront comme la section du grand bataillon algérien en marche pour l’indépendance.
Plus près de nous, les slogans entendus dans les stades algériens et les chansons des tifosis algériens deviendront les chansons et les revendications de l’Intifadha algérienne levée le 22 février dernier.

L’exposition aligne objets icôniques (maillots, ballons, trophées des Coupes du monde 1998 et 2018…), photographies, extraits d’archives… Des documentaires et interviews sont complétés par le travail de plusieurs artistes contemporains.

Des expériences interactives sont également proposées aux visiteurs : composer son équipe de foot arabe idéale ou se glisser dans la peau d’un commentateur sportif.

Dans la présentation, on peut lire : «Portée par l’ambiance de la Coupe d’Afrique des nations (CAN Total) en Egypte et la Coupe du monde féminine en France, qui se tiendront en juin 2019, l’exposition ‘‘Foot et monde arabe, la révolution du ballon rond’’ fait vivre et revivre des moments singuliers, où le foot transcende le sport, suscite ferveur et passion, rassemble, marque la mémoire de chacun et fait basculer l’histoire.»

Ainsi, exemple unique d’assimilation d’un élément étranger aux cultures arabes, le football a joué, à l’heure des indépendances, un rôle déterminant dans l’élaboration des identités nationales.

L’engagement du sport dans les combats sociaux demeure très vif au XXIe siècle dans le monde arabe, mais aussi hors de celui-ci. En France, l’équipe victorieuse du Mondial de 1998 consacre des joueurs issus de l’immigration, dont Zinédine Zidane est l’emblème. Ainsi, le football répercute, voire intensifie, le caractère mondialisé de nos sociétés.

Le mouvement des joueurs, ou les droits de diffusion des matchs, répondent à des logiques économiques globales. Certains pays arabes occupent en ce sens une place de premier plan à l’échelle du football européen et mondial : le Qatar, propriétaire du PSG et organisateur de la Coupe du monde 2022, en est le meilleur exemple.

Le cas spécial du black blanc beur en France

Dans une émission de France Inter consacrée à cette exposition, sa co-commissaire, Aurélie Clemente Ruiz, explique : «Le stade, c’est l’agora, c’est là où certains slogans vont émerger, où certaines revendications vont apparaître, et cela est extrêmement visible en Egypte, mais ailleurs aussi dans le monde arabe. Je pense à la Tunisie, où dès 2011-2012, quand il y a eu le Printemps arabe, effectivement, les premiers slogans sont apparus dans les stades. Et c’est le cas aujourd’hui en Algérie.

On voit très bien que les premiers slogans sont apparus dans les stades et qu’il y a des chants de supporters qui sont repris par les manifestants et cela est visible sur l’ensemble des pays arabes.»

Elle devait hélas regretter que les fédérations de football des pays arabes disposent de peu d’archives footballistiques, alors que le phénomène de ce sport dépasse largement les simples règles d’un jeu de balle au pied, pour devenir un réel marqueur social.

Pascal Boniface ajoutait pour ce qui est de l’engouement lorsqu’il se transforme en déferlement politique : «Contrairement à ce qu’on dit parmi mes collègues universitaires, le football, ce n’est pas l’opium du peuple.

Dans des pays comme l’Egypte ou l’Algérie, les tribunes ont souvent été les bastions de la contestation qui n’était pas autorisée dans la rue. Les supporters égyptiens ont été les premiers sur la place Tahrir à défier Moubarak et après pour se venger il y a eu un bain de sang à Alexandrie, une cinquantaine de supporters ont été tués.»

Bien sûr, l’exposition devait aussi parler du cas français, avec la figure exceptionnelle de Zidane. A ce sujet, Mme Ruiz devait dire sur la même radio : «Le monde arabe n’est pas le seul pourvoyeur de l’équipe de France. On a tous entendu le slogan black blanc beur, révélateur de la société française de cette époque. Cela montre à la fois le sentiment d’unité nationale, de cohésion et aussi paradoxalement, la distinction de chacun de ces joueurs.

Ce qu’on n’a pas vécu avec la Coupe du monde 2018, où on sent un traitement complètement différent par les médias et la société de cette deuxième victoire.» Ce à quoi Pascal Boniface devait préciser que «le problème c’est l’étage au-dessus pour entraîneurs et dirigeants. Si un joueur a un talent fou, comme Zidane ou d’autres, vous n’avez pas envie que le club d’à côté vous le pique, par contre, il y a le plafond de verre qui joue.

Il n’y a pas d’entraîneurs, encore moins de dirigeants. Papa Diouf, c’était une anomalie sympathique, disant qu’il était le seul président noir dans tout le continent européen».

 

Les onze temps forts de l’exposition : Larbi Ben Barek, une légende du football ; le FLN : l’équipe de l’indépendance ; Le Nejmeh SC: le football au cœur du Liban ; 1998-2018 : d’une étoile à l’autre ; le football féminin en Jordanie ; Le Caire et le football, entre passion et déraison ; Palestine, le football malgré tout ; Objectif Qatar 2022 ; Les ultras et les printemps arabes ; Le Paris Saint-Germain, au-delà du sportif : Le XI de légende du monde arabe.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!