Festival les sud à Arles : Rachid Oujdi, documentariste militant | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821




  • Pub Alliance Assurance

Festival les sud à Arles : Rachid Oujdi, documentariste militant

16 juillet 2019 à 9 h 01 min

Le journaliste et documentariste est décédé fin décembre 2018. Compagnon de route du Festival des musiques du monde, à Arles, il était légitime qu’un hommage lui soit rendu.

C’est en catimini que Rachid Oujdi nous a quittés, le 30 décembre 2018. Quelques semaines auparavant, lors de la 23e édition du Festival Les Sud, nous l’avions rencontré à Arles. Il nous avait parlé de sa passion pour le tournage de documentaires.

Ses films avaient obtenu diverses récompenses. Sa dernière réalisation apportait un autre regard, très proche, sur l’écrivain et chanteur Madjid Cherfi : Moi, Madjid Cherfi – Portrait intimiste d’un chanteur devenu écrivain (2018). La prégnance de la question des racines et de l’attachement à la vie dans des rives d’accueil était le leitmotiv de ce beau témoignage de l’ex-chanteur de Zebda.

Précédemment, Rachid Oujdi avait tourné Perdus entre deux rives, les Chibanis oubliés (2014) puis J’ai marché jusqu’à vous – Récits d’une jeunesse exilée (2016), à Marseille, un film sur le sort des enfants mineurs non accompagnés, qui déboulent en France sans crier gare.

La législation internationale faisant qu’ils ne peuvent pas être expulsés jusqu’à leur majorité, les associations jonglent avec les possibilités d’hébergement et de prise en charge sanitaire et éducative de ces jeunes exilés, parmi lesquels quelques Algériens.

Un parcours de combattant humaniste que Rachid Oujdi parvenait à rendre, jusqu’à susciter un sentiment de colère, et surtout une envie de solidarité. Rachid Oujdi avait d’ailleurs joint la parole à l’acte puisqu’avec son épouse, Sylvie, il avait adopté deux jeunes migrants.

C’est ce film, présenté par la présidente, Marie-José Justamond, que Les Sud ont choisi de présenter, en signe d’hommage à un homme qui longtemps avait animé la radio des Sud, station éphémère qui émet durant la semaine du festival.

Signe du hasard, la dernière relation par courriel que nous avions eue à El Watan avec Rachid Oujdi date de septembre 2018. Il avait tenu à nous faire part de sa tristesse après la mort d’un autre Rachid, Rachid Taha. Trois mois plus tard, il le rejoignait dans le paradis des hommes de conviction.                                


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!