Répression anti-algérienne : 1953, un 14 juillet sanglant | El Watan
toggle menu
lundi, 26 juillet, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021



Répression anti-algérienne : 1953, un 14 juillet sanglant

13 juillet 2021 à 10 h 15 min

Le livre de Maurice Rajsfus sur la répression du 14 juillet 1953 à Paris, publié une première fois chez Agnès Viénot Editions (Paris 2003) vient de bénéficier d’une nouvelle édition, à l’occasion d’une publication en France de l’œuvre complète du militant des droits de l’homme.

Mort en juin 2020, Maurice Rajsfus laisse une œuvre importante. Avec l’Association des amis de Maurice Rajsfus, les Éditions du Détour lancent en cette année 2021 une nouvelle édition des grands livres de l’auteur qui, toute sa vie, lutta pour la reconnaissance du rôle de l’État français dans la déportation des Juifs de France et dénonça inlassablement les violences policières.

Le livre paraît avec une préface de l’historienne Ludivine Bantigny et une postface du regretté Jean-Luc Einaudi sous le titre 1953, un 14 juillet sanglant.

En son temps, il avait fait la première recherche sérieuse sur la répression de la manifestation algérienne lors de la fête du 14 juillet 1953. En ce temps-là, les syndicats ouvriers marquaient la date anniversaire de la Révolution française de 1789 en rappelant leur volonté d’améliorer le sort des classes défavorisées, selon les impératifs sociaux tels que la République les a instaurés.

Le 14 juillet 1953, lors d’une manifestation syndicale, la police assassine froidement six travailleurs algériens et un syndicaliste français, place de la Nation, à Paris, alors que résonne pour la première fois le slogan «Nous voulons l’indépendance ! » Sur fond de racisme d’État, Maurice Rajsfus pointe la responsabilité d’un des acteurs de cette funeste journée qui deviendra, quelques années plus tard, le donneur d’ordre principal des massacres du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, au métro Charonne : Maurice Papon, alors secrétaire général de la préfecture de police.

Il est significatif que la manifestation syndicale du 14 juillet 1953 fut la dernière du genre. Dès 1954, les pouvoirs publics supprimèrent cette démonstration populaire qui ne fut jamais réinstaurée.

En novembre de la même année, les Algériens ouvrirent une nouvelle page, celle de la lutte pour l’indépendance.

HOMMAGE ET RÉFLEXION AUJOURD’HUI A PARIS

Comme chaque année depuis 2017, la répression sanglante de la manifestation du 14 juillet 1953 sera célébrée ce 13 juillet devant la plaque commémorative qui se trouve place de la Nation à Paris 12e (place de la Réunion, non loin de la colonne du Trône à droite lorsque l’on regarde vers le Cours de Vincennes depuis la Place de la Nation). Prises de paroles et dépôt de gerbes auront lieu à partir de 19 heures.

Plus tôt, à partir de 15h45, le film de Daniel Kupferstein qui rendit toute sa place à ce drame, Les balles du 14 juillet 1953, sera projeté au MK2 Nation, 133 boulevard Diderot. Un débat avec les historiens Benjamin Stora et Gilles Manceron, Sadek Hadjerès (témoin de l’arrivée des cercueils à Alger) et Daniel Kupferstein suivra cette projection.

Lyon
De notre correspondant  Walid Mebarek


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!