19 Mars 1962 : Les ultras de «l’Algérie française» veulent réécrire l’histoire | El Watan
toggle menu
mercredi, 22 mai, 2019
  • thumbnail of 20190522

19 Mars 1962 : Les ultras de «l’Algérie française» veulent réécrire l’histoire

30 avril 2019 à 10 h 00 min

Dans certaines communes, les rues du 19 Mars 1962 font de l’ombre à des résidus d’extrême droite qui voudraient réécrire l’histoire dans le sens du combat des ultras de l’Algérie française, sous prétexte d’honorer la mémoire de l’affliction des pieds-noirs et des harkis.

Après d’autres municipalités, comme Béziers (Hérault) et Beaucaire (Gard), c’est la commune de Bollène, dans le département du Vaucluse, qui souhaite rebaptiser en rue Hélie de Saint Marc la rue jusque-là nommée rue du 19-Mars 1962.

Le point commun est d’estimer que d’autres souffrances ont eu lieu jusqu’au mois de juillet 1962. L’autre similitude est leur appartenance au Rassemblement national ou leur proximité avec l’extrême droite. On peut dire que ces amnésiques de la colonisation font front.

Le choix du nom de ce résistant contre les nazis, qui fut déporté n’est pas fortuit. Ce passage par la case de la Résistance serait de nature à faire oublier qu’il a aussi été un officier putschiste pendant la guerre d’Algérie, sans rien dire du régime de torture que plus personne n’ignore, un épisode cité au plus haut de l’Etat, avec la reconnaissance de l’assassinat de Maurice Audin par le Président Macron.

De cela le maire de Bollène, Marie-Claude Bompard, fait fi. Proche du parti politique Ligue du Sud (extrême-droite), dirigé par son mari, Jacques Bompard, maire de la commune voisine d’Orange (et ex-Front National), elle a fait voter ce changement d’appellation, malgré les voix minoritaires de la gauche.

Pour l’élu communiste, Serge Fiori, «par cet acte, le maire cherche à effacer des repères historiques», a rapporté la Télévision régionale France 3. Plus étrange, la réaction de l’élu de   gauche, Anthony Zilio, qui paraît ne pas avoir encore pris la mesure du train implacable de l’Histoire.

Même s’il consent à parler d’instrumentalisation de l’Histoire de la part de la maire de Bollène, comment interpréter le fait qu’il dise aussi au journaliste de la télévision : «Il ne nous appartient pas de trancher dans un sens ou dans l’autre.»  De quel sens s’agit-il ?

Celui de son aîné au Parti socialiste, François Mitterrand, qui clamait en novembre 1954 : «L’Algérie c’est la France» ? Comme l’ancien Président, oublie-t-il qu’il y a eu une colonisation de 130 ans et plus de sept ans de guerre. Comme quoi, il n’y a pas que l’extrême droite qui est un mauvais élève. 

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!