Université de Sidi Bel Abbès : Renforcer la recherche en microélectronique pour booster l’économie | El Watan
toggle menu
dimanche, 05 avril, 2020
  • thumbnail of elwatan05042020



Université de Sidi Bel Abbès : Renforcer la recherche en microélectronique pour booster l’économie

29 janvier 2020 à 9 h 02 min

Les participants à un workshop sur «l’élaboration d’un plan d’action national stratégique de recherche et d’innovation dans le domaine de la microélectronique», ouvert samedi à l’université Djillali Liabès de Sidi Bel Abbès, ont souligné la nécessité d’une collaboration entre chercheurs et professionnels pour développer ce domaine-clef et booster l’économie nationale.

La nécessité de tirer profit de la recherche scientifique et académique pour développer ce domaine, avec, à la clef, le renforcement de l’investissement dans cette spécialité pour créer une valeur ajoutée au bénéfice de l’économie nationale, a été soulignée lors de la rencontre scientifique élargie aux enseignants universitaires et aux compétences nationales ainsi que celles activant à l’étranger en microélectronique.

Hakim Harik, directeur sectoriel auprès de la Direction générale de la recherche scientifique et développement technologique (DGRSDT), a insisté sur l’impératif de poursuivre les échanges entre universitaires et chercheurs pour l’élaboration d’un plan de développement de la microélectronique en Algérie, en offrant une opportunité aux étudiants qui ont choisi ce secteur important et les encourager à créer des start-up innovantes.

«L’objectif premier est de trouver les mécanismes qui permettent d’atteindre un niveau élevé d’innovation, ainsi que d’augmenter le niveau de développement technologique au sein des universités en faisant appel aux compétences nationales dans le domaine de la microélectronique et permettre aux universitaires de tirer profit de l’expertise nationale formée à l’étranger.

Il s’agit également de les encourager à créer leurs start-up dans cette filière et d’accompagner les entreprises mères pour apporter une valeur ajoutée», a-t-il ajouté. Pour sa part, Abdelkader Tadjer, enseignant à l’université Djillali Liabès, a donné un aperçu sur l’Entreprise nationale des industries électroniques (ENIE) de Sidi Bel Abbès, créée durant les années 1970 et pionnière à l’échelle africaine dans le domaine de la fabrication des composants électroniques, semi-conducteurs et cartes mères, qui entrent dans le montage des télévisions et radios, ainsi que tous les besoins en microélectronique, insistant sur la nécessité d’encourager les étudiants à créer des start-up et travailler parallèlement avec l’entreprise mère, ce qui permettra à terme de densifier le tissu économique dans le domaine de la microélectronique. 

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!