Université Blida 2 : Vers la création d’un département de turc | El Watan
toggle menu
dimanche, 25 octobre, 2020
  • thumbnail of elwatan05102020





Université Blida 2 : Vers la création d’un département de turc

14 octobre 2020 à 10 h 38 min

L’université Ali Lounici Blida2 compte lancer une licence en langue turque afin de répondre à une demande de plus en plus croissante dans cette spécialité.

Après les universités de Constantine (Emir Abdelkader) et de Bouzaréah (Alger), voilà donc que l’université Blida2 veut s’inscrire dans cette démarche afin d’assurer, dans un futur proche, une formation académique diplômante en langue turque.

Et pour préparer le terrain, des cours de turc de courtes durées ont été lancés au mois de juillet dernier, via internet, et dispensés à «15 étudiants issus des quatre facultés, comme une première mouture à d’autres formations de la langue turque, assurant de la sorte la possibilité d’ouvrir un département de langue turque au niveau de la faculté des lettres et des langues de l’université Blida 2», lit-on sur un communiqué établi par l’université en question, sans pour autant donner une date précise pour le démarrage de cette formation académique. Toujours selon la même source, cela entre dans le cadre de la convention signée entre l’université Blida2 et l’université de Kirikkale à Ankara (Turquie).

Et ce projet de coopération «concrétise un partenariat déjà fructueux puisqu’il s’inscrit dans le sillon d’un autre projet de mobilité estudiantine et professorale, intitulé Mevlana, initié au mois de mars, suspendu pour cause de pandémie mondiale et fermeture des frontières internationales». Mevlana reprendra à partir de mars 2021, assure le Pr Ramoul Khaled, selon le contexte sanitaire et sécuritaire mondial. L’engouement des Algériens pour l’apprentissage de la langue turque est surtout visible au niveau des écoles privées.

Pourquoi ce choix ? Certains ont comme ambition de s’installer au pays d’Erdogan et se préparer en amont, d’autres évoquent des motifs professionnels et d’emploi ici en Algérie, puisque rien qu’en 2019, pas moins de 500 entreprises turques ont été répertoriées dans notre pays et ces dernières ont certainement besoin de turcophones.

Et il y a aussi ceux qui se montrent «turcophiles», soit des amoureux de la Turquie et de l’histoire ottomane grâce notamment aux images véhiculées par le cinéma turc. «Je reçois de plus en plus de demandes de personnes voulant apprendre le turc. Et je confirme que l’esprit ‘‘turkish’’ a le vent en poupe, ici à Blida, et certainement même ailleurs», conclut une enseignante de turc (via le web) à Blida.

Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!