Université Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi : Travaux de recherche sur les eaux des bassins versants | El Watan
toggle menu
jeudi, 27 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Université Larbi Ben M’hidi d’Oum El Bouaghi : Travaux de recherche sur les eaux des bassins versants

27 janvier 2021 à 10 h 13 min

Quatre chercheurs de l’université d’Oum El Bouaghi, tous spécialisés dans l’écologie et l’environnement, ont entrepris des recherches qui entrent dans le cadre d’un vaste projet sur l’environnement.

Les docteurs Merzoug Djemoi, Saheb Menouar, Hicham Khammar et Hadjab Ramzi dirigent le laboratoire dédié aux ressources naturelles et aménagement des richesses sensibles. L’équipe dirigée par Dr Merzoug et reconduite par M. Saheb, lequel est à la tête d’une équipe d’Hydra biologistes du labo de recherche sur l’écologie fonctionnelle et environnementale. «On assiste en Algérie à la détérioration de la qualité des eaux dans les écosystèmes aquatiques, ce qui constitue un enjeu majeur qu’il va falloir prendre au sérieux», attestent nos chercheurs.

«Les ressources souffrent de la surexploitation, ce qui entraine immanquablement l’amenuisement des réserves de façon inquiétante et importante au vu des besoins des activités humaines. Les rejets des eaux usées engendrent une autre forme de pollution dite diffuse, car elle contamine aussi bien les eaux souterraines que celles de surface. C’est à partir de ces constats que nous avons relevé le défi de combler cette lacune», poursuivent-ils.

De 2000 à 2015, les quatre chercheurs ont réalisé une étude qui a eu pour objectif d’évaluer la qualité des eaux superficielles. Ils ont opté pour un dispositif de suivi spatio-temporel qui couvre les réseaux hydrographiques de deux bassins versants, celui du Nord constantinois et celui de Seybouse/ Mellegue.

Ils sont arrivés à définir les caractéristiques des deux bassins qui sont très contrastés. Les recherches se sont poursuivies avec le prélèvement d’échantillons d’eau, destinés à subir des analyses au laboratoire, d’une part.

D’autre part, les chercheurs ont axé une partie de leur travail pour définir la typologie des eaux de surface des deux bassins, ce qui a nécessité une étude qui a ciblé la structure mésologique.

«Nous avons relevé que les deux bassins contiennent du nitrate provenant d’apports agricoles par lessivage d’engrais à base de nitrate, en plus des rejets domestiques. De même, les cours d’eau touchés par la pollution phosphatée sont situés en aval des centres urbains ou ruraux. D’autres altérations sont aussi relevées comme celles causées par les matières en suspension, par la minéralisation ou encore par les micro-organismes», relèvent-ils.

L’étude sur la qualité physico-chimique et microbiologique des cours d’eau dans la région d’Oum El Bouaghi est le prolongement des études réalisées au niveau de l’Agence nationale des ressources hydrologiques (ANRH) de Constantine.

Cela a permis de mettre en relief la nature et le degré de pollution des cours d’eau et d’identifier les tronçons les moins pollués et les plus conservés.

A remarquer que les travaux des quatre chercheurs ont fait l’objet de publications scientifiques dans des revues internationales.                                                                                         


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!