Résultats satisfaisants dans la fixation des dunes | El Watan
toggle menu
jeudi, 22 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190822

  • Pub Alliance Assurance




Zone humide de Beni Belaïd (Jijel)

Résultats satisfaisants dans la fixation des dunes

13 mars 2019 à 10 h 00 min

C’est un projet d’initiative local qui attire l’attention chez les défenseurs de la nature à Jijel. Il touche la réserve naturelle de Beni Belaïd, dans la commune de Kheiri Oued Adjoul, qui est située à l’arrière d’un cordon dunaire, non loin de l’embouchure de oued El Kébir.

Le rétrécissement du plan d’eau de cette zone humide, classée dans le cadre de la convention de Ramsar, relative aux zones humides d’importance internationale, en 2003, est lié au dépôt de sable. L’initiative de Melle Fatma Cherifa Bouraoui, qui prépare un master 2 sur l’écosystème aquatique à l’université de Jijel et qui travaille au sein de la Conservation des forêts dans le cadre des contrats de l’Agence de l’emploi (Anem), a reçu le soutien et les encouragements nécessaires de son employeur et du Commissariat national du littoral (CNL) pour mener à bien ce projet qui a déjà donné des résultats probants, nous assurera M. Kedjour, cadre à la Conservation des forêts de Jijel.

Melle Bouraoui ne manquera pas aussi de citer la concertation et l’accompagnement d’André Martinez, du conservatoire Etudes écosystèmes de Provence (France). Lancée au début de l’année 2017, cette étude a été suivie dès le mois de septembre par une intervention sur le terrain. Au début de 2018, les premiers résultats, nous dira notre interlocutrice, étaient visibles. La première phase de fixation mécanique a été consacrée à la pose d’obstacles verticaux, qui permettent de piéger le sable porté par le vent.

Pour réaliser les ganivelles, il a été utilisé du bois de palettes récupérées notamment du port de Djendjen. Pour la deuxième phase, dite de fixation biologique, le choix des espèces végétales a été retenu : le chardon bleu et l’oyat. Des essais de multiplication de l’oyat en pépinière à la station de Jijel de l’Institut national de formation forestière, ont donné des résultats jugés encourageants et prometteurs.

Les graines ont été récupérées pour être sélectionnées, sur le littoral de la wilaya, notamment à Sidi Abdelaziz, El Djenah et Ras El Afia, aux mois de juillet et d’août. En dernier lieu, les plants, une fois ayant atteint la taille souhaitée, seront plantés sur le cordon dunaire, qui a vu l’installation des ganivelles. Sur les lieux, il a été même remarqué l’apparition de plantes, qui ont germé naturellement après la fixation mécanique du sable.

La dégradation enregistrée ces dernières années du cordon dunaire de la zone humide de Beni Belaïd est due, selon Melle Fatima Cherifa Bouraoui, au piétinement, le pâturage intensif, l’extraction de sable et les érosions éolienne et hydrique.

La disparition de la couverture végétale, explique-t-elle, a eu pour conséquence la facilitation du déplacement du sable, poussant à une dégradation du milieu dunaire et à un ensablement du lac. Il y a lieu de rappeler que la réserve naturelle de Beni Bélaïd, qui couvre une superficie de 600 hectares, abrite 35 espèces végétales, 7 de reptiles, 46 espèces d’insectes et 35 d’oiseaux. Le lac d’une dizaine d’hectares entretient une avifaune riche et diverse.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!