Notre collaboration avec l’écosystème universitaire est très forte | El Watan
toggle menu
samedi, 25 mai, 2019
  • thumbnail of elwatan20190525

Serge Dubois. Directeur des affaires publiques à LafargeHolcim Algérie

Notre collaboration avec l’écosystème universitaire est très forte

13 mars 2019 à 10 h 00 min

Le directeur des affaires publiques à Lafarge Algérie revient, dans cet entretien, sur la 4e édition du «grand prix d’architecture étudiant», lancé il y a quelques jours, sous la thématique «Repenser le tourisme balnéaire». Selon lui, cette initiative répond à l’objectif d’instaurer et de favoriser l’échange et le transfert de savoir-faire entre le monde de l’entreprise et le réseau éducatif.

– LafargeHolcim Algérie lance la 4e édition du «grand prix d’architecture étudiant» sous la thématique «Repenser le tourisme balnéaire». Pourquoi avoir choisi ce thème ?

Le tourisme dans le monde est un vrai moteur de croissance et de développement durable, notamment au travers de toutes les retombées économiques et sociales que cela entraîne auprès des différents secteurs (agriculture, éducation, artisanat, culture, transport, services, industries, BTPH, etc.), sans compter les passerelles créées entre les différents pays et les populations. In fine, le tourisme c’est l’opportunité de faire la promotion d’une destination, d’un pays de partout à travers le monde, tout en créant durablement de la richesse partagée.

Sur le plan esthétique, la destination Algérie, encore trop méconnue, s’impose au monde.

Je me souviens toujours de la phrase d’un très célèbre photographe contemporain qui, dans son émission «Pays vu du ciel», concernant l’Algérie, a dit quelque chose comme : «Dans ma vie, j’en ai vu des beaux pays, mais comme l’Algérie jamais, c’est un pays sublime !» Une telle citation, de cet observateur de grande réputation, témoigne de la beauté et des potentialités touristiques immenses de l’Algérie, sans parler de la qualité de l’accueil de sa population, de sa délicieuse gastronomie, l’Algérie est un magnifique pays aux facettes multiples et surprenantes.

L’Algérie est encore une destination très peu connue, mais qui offre un potentiel de développement économique et social immense, un peu à l’instar de ce pays, le plus grand, et certainement l’un des plus beaux en Afrique. Le thème de cette 4e édition, «Repenser le tourisme balnéaire», s’inscrit dans cette logique de beauté et de création de valeurs durables en mobilisant les étudiants en architecture autour d’un grand concours. L’étudiant devra plancher sur un projet épousant à la fois les opportunités qu’offrent les 1200 kilomètres de littoral méditerranéen, tout en proposant un style architectural respectueux de son environnement, répondant aux standards internationaux en matière de tourisme et de création de valeurs.

– Vous en êtes à la 4e édition de ce concours. Comment évaluez-vous, globalement, la participation des étudiants à ce concours, durant ces quatre dernières années, notamment sur le plan de la qualité des projets proposés ?

Les trois premières éditions, toutes placées sous le parrainage du ministère de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Ville, ont été de francs succès, qui sont montés en puissance tant par le nombre de concourants que par la qualité des projets proposés. Ce «grand prix d’architecture» commence à prendre toute sa place dans le paysage étudiant et nous ne pouvons que nous en réjouir.

Pour l’édition 2019, plus de 450 étudiants sont déjà inscrits, en provenance de quatre établissements d’excellence : l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme, le Département d’architecture de la faculté d’Alger, l’Institut d’architecture et d’urbanisme de Blida et le Département d’architecture et d’urbanisme de Tizi Ouzou.

La cérémonie de remise des prix aura lieu au mois de juin, en présence des représentants du ministère de l’Habitat, qui nous accompagne depuis le début, et les grands acteurs de la construction. Il est aussi important de souligner les règles de gouvernance du projet, qui garantissent une transparence totale dans l’examen des projets et poussent les étudiants à aussi savoir «vendre» leurs projets devant un jury mixte extrêmement exigeant.

– Parallèlement à l’organisation de ce concours, comment LafargeHolcim Algérie collabore-t-elle avec le monde universitaire des filières architecture, travaux publics, génie civil et autres en rapport avec l’activité de l’entreprise ?

La collaboration de LafargeHolcim avec l’écosystème universitaire est très forte, afin de favoriser l’échange et le transfert de savoir-faire entre le monde de l’entreprise et le réseau éducatif. En Algérie, nous avons des partenariats depuis de nombreuses années avec les grandes écoles, telles que l’Ecole polytechnique d’Alger, Oran, l’USTO, l’université Houari Boumediene, l’Epau, l’ENSTP, l’université Mohamed Khider de Biskra et l’université Mohamed Bachir El Ibrahimi de Bordj Bou Arréridj.

Les objectifs principaux de ces passerelles entreprises- réseaux éducatifs sont d’attirer les talents au sein de notre entreprise (carrières et stages d’études), faire connaître nos produits, nos innovations et nos solutions constructives aux étudiants, proposer et établir des programmes éducatifs, (comme les BTS de maintenance industrielle que nous avons lancés avec l’université de M’sila), enfin de mettre à disposition nos outils industriels, comme notre Laboratoire du développement et de la construction, situé à Rouiba.

Lire aussi

Loading...

Related Post

S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!