Messaoud Amarna. SG de la FNESRS : «La numérisation de l’enseignement est primordiale pour l’université» | El Watan
toggle menu
lundi, 18 octobre, 2021
  • thumbnail of elwatan10072021




Messaoud Amarna. SG de la FNESRS : «La numérisation de l’enseignement est primordiale pour l’université»

07 octobre 2020 à 10 h 25 min

La Fédération nationale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (FNESRS), regroupant plusieurs syndicats du secteur, a tenu récemment une réunion de travail avec le ministère de tutelle afin de discuter de différents problèmes et difficultés «socioprofessionnels» que rencontrent les enseignants universitaire, les chercheurs permanents et le personnel de soutien de recherche et essayer de trouver des solutions à leurs préoccupations.

Contacté par nos soins, le secrétaire général de la fédération, Dr Messaoud Amarna, a indiqué que «cette réunion s’inscrit dans le cadre de concertation entre le ministre et la fédération, dans le but de renforcer le dialogue et mettre en place les démarches de traitement efficace et transparent de tous les problèmes soulevés par la corporation».

Parmi les points traités lors de cette rencontre, en prenant compte de la situation pandémique, «la question de l’enseignement à distance et la numérisation de ce secteur», qui a été longuement discuté, souligne le secrétaire général, ajoutant que «de nouvelles mesures devront être prises en considération, afin de consolider ce domaine et le rendre efficace dans les situations circonstancielles comme celle que l’université a connues ces derniers mois».

Et de préciser : «Nous avons mis l’accent sur l’importance de la numérisation de l’enseignement supérieur que nous considérons comme levier principal pour le développement du secteur.» Le sujet de la rentrée universitaire 2020/2021 a été également évoqué sous la question de savoir si l’université algérienne est réellement en mesure de reprendre ces activités pédagogiques, sans courir le risque d’une nouvelle vague de contamination.

Les participants à cette réunion ont assuré que les établissements universitaires devraient pouvoir relever ce défi et qu’ils disposent de tous les moyens pour réussir cette rentrée. «La Fédération a mis l’accent sur la nécessité de veiller sur la bonne mise en œuvre du protocole sanitaire.

Pour ce faire, nous avons aussi mis en œuvre toutes les conditions et mécanismes essentiels pour réussir la démarche pédagogique», insiste M. Amarna.

Sur un autre registre, l’organisation syndicale compte investir tous ses efforts dans le domaine de la digitalisation de l’administration et de l’enseignement à distance, afin d’évoluer dans ce domaine et permettre une meilleure prise en charge de l’enseignement supérieure et de la recherche scientifique. «Nous, à la fédération, nous comptons appuyer cette méthode d’apprentissage, notamment dans ces circonstances exceptionnelles de pandémie.

Nous ne considérons pas seulement la numérisation comme un élément de feuille de route, mais c’est un projet de société. L’enseignement à distance n’est pas seulement une option circonstancielle, mais une approche stratégique visant la numérisation comme projet sociétal émanant de l’université. C’est pour cela qu’il faut déployer tous les moyens et mobiliser toutes les compétences pour évoluer dans ce domaine», souligne Dr Amanra.

Autres points traités lors de cette rencontre ont eu trait aux problèmes spécifiques à la corporation des enseignants et des chercheurs, tels que le logement, les promotions, le statut de l’enseignant permanent et du chercheur permanent, les instances scientifiques et les laboratoires de recherche. «La tutelle a confirmé le suivi et le traitement de toutes les plaintes enregistrées concernant le logement», affirme le même responsable, ajoutant avoir soulevé également «la question relative au fonctionnement des œuvres sociales».

La rencontre s’est penchée, enfin, sur un dernier point concernant le statut de l’enseignant permanent et du chercheur permanent. «Nous avons exprimé le besoin d’une révision de ce statut dans ses différents aspects», explique le SG de la fédération, sans oublier d’évoquer les problèmes rencontrés en matière de «revues scientifiques et de publication».

La FNESRS a proposé, à cet effet, l’installation de commissions-mixtes entre le ministère de la tutelle et la fédération pour résoudre l’ensemble des problèmes en suspens en matière de logement, de parcours professionnel, mais aussi de pédagogie, de formation supérieure et de recherche scientifique.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!