L’impact du digital sur la croissance économique | El Watan
toggle menu
mercredi, 10 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Numérisation et changement organisationnel

L’impact du digital sur la croissance économique

12 février 2020 à 9 h 02 min

La Faculté des sciences économiques, commerciales et des sciences de gestion (FSECSG) de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou vient de lancer un appel à communication pour un séminaire national sous le thème «La mutation digitale des organisations, un impératif pour libérer la croissance et le dynamisme de l’économie algérienne».

Les organisateurs de ce séminaire prévu pour les 7 et 8 octobre 2020, à l’auditorium du campus de Tamda, ont arrêté sept axes de recherche à développer lors de cette manifestation scientifique. Il s’agit, entre autres, d’élément théorique en faveur de la mutation des organisations, digitalisation et changement organisationnel (Les facteurs clés d’une transformation digitale), management collaboratif à l’ère du digital, transformation digitale et performance et l’impact du digital sur la croissance économique.

«Les communications peuvent développer des démarches qualitatives ou quantitatives, porter sur des réflexions théoriques ou des études empiriques. Elles peuvent mener également des analyses comparatives et des investigations sur le futur de la digitalisation», explique Dr Akila Rachedi- Zouaoui, présidente de cette rencontre, qui ajoute que ladate limite pour la réception des résumés, par courriel à la boite mail : [email protected], est fixée au 29 mars 2020.

Par ailleurs, la même universitaire précise également que « les objectifs de cette manifestation scientifique étant d’aboutir, à une meilleure compréhension du processus de transformation digitale, de dresser un état des lieux, d’analyser, d’identifier et d’établir dans quelle mesure les organisations algériennes s’adaptent ou non au digital, et ce, en tenant compte de l’évolution dans le domaine des instruments de gestion. Il s’agit, enfin, de dégager des perspectives de recherche prometteuses, de stimuler la collaboration nationale et de renforcer la coopération entre chercheurs algériens et professionnels de cette discipline», a-t-elle souligné.

«Dans un monde devenu global, turbulent et instable, et l’essor corrélatif de la concurrence, les diverses organisations sont conduites nécessairement à introduire de nouvelles méthodes de management et opérer des transformations radicales pour assurer leur compétitivité et leur pérennité. Face à de tels défis et aux exigences croissantes d’efficience et d’efficacité des services, les organisations adoptent de nouvelles approches et repensent leur stratégie de développement en intégrant particulièrement de nouveaux dispositifs.

Parmi ces derniers, la digitalisation ou numérisation s’impose désormais comme une évolution incontournable. En effet, le digital peut être source de productivité et d’innovation et donc un vecteur de compétitivité et de croissance des entreprises, dans la mesure où il redessine leur business modèle, redéploie leurs ressources et repense leur relation clients. Le processus de digitalisation consiste à incorporer de nouvelles technologies digitales disponibles dans toutes les activités de l’organisation afin d’améliorer ses performances.

Cela implique de nouveaux usages et nouveaux modes de fonctionnement : nouveau mode de travail ; nouveau mode de consommation ; nouveau type de partenariats d’entreprises et de management de projets à composante numérique. Autrement dit, les nouvelles technologies redéfinissent radicalement la manière dont les entreprises travaillent, doivent agir, produire, vendre et communiquer différemment.

Elles touchent l’ensemble des fonctions, notamment la stratégie marketing de l’entreprise et celle des ressources humaines», lit-on aussi dans l’argumentaire de cette manifestation scientifique. «En ce qui concerne les entreprises algériennes, outre les défis majeurs auxquels elles sont confrontées, d’ordre organisationnel, humain ou encore financier, la mutation digitale constitue un enjeu stratégique auquel elles ne peuvent se soustraire.

Pourtant, sa mise en pratique reste insuffisamment répandue. De multiples raisons de ce retard sont associées à leur vulnérabilité, au manque de connaissances des entreprises quant à la stratégie à adopter pour réussir dans le domaine du digital», ajoute le même texte. D’autre part, il est utile de rappeler que depuis la rentrée, la FSECSG de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou a organisé plusieurs rencontres scientifiques.

Ainsi, la première a eu lieu les 25 et 26 septembre dernier, à l’auditorium du campus de Hasnaoua, sous la présidence du Dr Sabrina Amnache. Elle a porté sur les exportations hors hydrocarbures en Algérie : enjeux, opportunités et contraintes.

La deuxième rencontre (2e séminaire national sur l’entrepreneuriat et dynamique territoriale) qui s’est tenue sous la présidence du Dr Rosa Aknine Souidi, a permis aux participants de débattre autour des mécanismes, voies et moyens susceptibles d’aboutir à la décentralisation économique tandis que le troisième rendez-vous scientifique, qui a eu lieu fin novembre dernier, a porté sur le financement non conventionnel en Algérie. La FSECSG de Tizi Ouzou a clôturé l’année 2019 par le 1e colloque international sur l’entrepreneuriat vert et l’économie circulaire sous la présidence du Dr Arezki Chenane.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!