toggle menu
mardi, 18 juin, 2019
  • thumbnail of elwatan20190618
  • Pub Alliance Assurance

Université Abdelhamid Mehri (Constantine 2)

L’entrepreneuriat sous toutes les coutures

25 juillet 2018 à 12 h 17 min

C’est une autre manière d’approfondir ses connaissances, hors cadre pédagogique habituel. L’université d’été est conventionnellement définie comme étant un rassemblement dont la particularité est d’offrir une formation intensive et permettant aux étudiants de mieux connaître un domaine d’étude et de valider leur choix de carrière. Ainsi, l’université Abdelhamid Mehri (Constantine 2) abrite du 22 au 26 juillet l’université d’été 2018 dans sa 4e édition. Un événement que les organisateurs ont voulu national. Vingt-cinq wilayas sont représentées, outre les dix-sept de l’Est, les étudiants sont venus d’Alger, Blida, Médéa, Sidi Bel Abbès, Tlemcen, Relizane, Ouargla et Adrar. Dimanche matin, des dizaines d’étudiants se dirigeront vers l’amphi 4 de la faculté des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) de l’université Constantine 2. C’est le lieu où se tiendra la totalité des activités, réparties sur cinq jours. La grille du programme indique des interventions autour de la définition de l’entreprise et de l’entrepreneuriat, des procédés à suivre dans le choix d’une bonne idée et sa transformation en entreprise. Un début cohérent avec l’intitulé de l’université d’été : «Entrepreneuriat et innovation». Dans un amphi où plusieurs sièges étaient vides, signe de quelques absences, l’ambiance était studieuse. Le b.a.-ba du monde de l’entrepreneuriat est exposé sur le fond et sur la forme, après tout, c’est l’objectif de ce genre de rassemblements, faire de ces étudiants les acteurs économiques de demain.

DES IDÉES ET DES APPRÉHENSIONS

Les organisateurs ont annoncé la participation de plus de 240 étudiants. Selon la liste publiée sur le site électronique de l’université, ou encore sur celui de la maison de l’entrepreneuriat, il ressort la participation de 252 étudiants. Les inscriptions ont, quant à elles, atteint le nombre de 400. Des défections, il y en a eu. Le problème de l’hébergement, s’il a été assuré pour la majorité des étudiants, ne l’a pas été pour d’autres. Dont ceux des wilayas de Mila et d’Oum El Bouaghi. La distance, moins de 100 km, qui sépare ces deux dernières de Constantine semble avoir justifié cette décision, ce que certains ont dénoncé à travers les réseaux sociaux. La sélection aussi des participants a essuyé les foudres des internautes dont certains ont postulé à cette université sans y être pris. Il était question de piston et de passe-droits comme étant des critères de sélection. «Faux», a répondu, Sandra Saïbi, enseignante chercheure et directrice de la Maison de l’entrepreneuriat, organisatrice de l’événement. Et de préciser que les étudiants en fin de cycle, licence 3 et mastère 2, ont été prioritaires pour y participer. L’autre partenaire est l’Ansej. L’organisme qui accompagne des centaines de diplômés porteurs de projets a, encore une fois, endossé son rôle. Il a présenté son dispositif de création de l’entreprise et expliqué l’enregistrement juridique de l’entreprise au niveau du Centre national de registre du commerce (CNRC), entre autres. Sa participation résulte d’ailleurs d’une convention de partenariat signée avec l’université Constantine 2 «12% des demandes de financement de projets déposés à l’Ansej appartiennent à des universitaires», rappelle Mme Saïbi à chaque événement initié par sa structure et dédié à ce thème. Et il y en a eu durant l’année universitaire. D’où peut-être cette sensation de déjà- vu et du message récurrent. «Ce genre de rencontres est une occasion pour les étudiants porteurs de projet de concrétiser leurs idées, notamment en présence des représentants de l’Ansej et d’opérateurs économiques», est-il soutenu. Et l’assistance n’aspire- t-elle pas à cette finalité ? Les avis sont partagés. Il y a ceux, à l’image de Imed, en master informatique, qui semble séduit par l’idée de monter son entreprise, mais qui est échaudé par les expériences de quelques membres de son entourage. «Mon cousin a tenté cette expérience, mais n’a pas réussi à aller au bout de son objectif. Son projet de départ n’a pas été suivi par les banques, reprendre un dossier du début ne l’a pas intéressé». D’autres sont venus enthousiastes et avec grande conviction. «Il est important d’avoir les clés de la réussite avant de se lancer dans n’importe quel projet», dira Amira, étudiante en marketing. Pour accompagner ces futurs chefs d’entreprise, les organisateurs ont consacré des interventions autour de l’étude du marché et autres pour paramètre non négligeable dans la réussite de tout projet. Et des exemples de réussite sont venus témoigner de leurs parcours «pas du tout évidents au départ, mais qui ont pris forme à force de travail et de détermination». En définitive, chacun de ces étudiants se fera sa propre idée. Mais seuls les plus motivés, soit ceux qui auront élaboré la meilleure idée de création d’entreprise, seront récompensés.

Loading...
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!