Résidences universitaires de Constantine : Grave dégradation des campus | El Watan
toggle menu
jeudi, 27 janvier, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021



Résidences universitaires de Constantine : Grave dégradation des campus

27 janvier 2021 à 10 h 25 min

Après plusieurs mouvements de protestation organisés par la communauté estudiantine au fil des années afin de dénoncer la dégradation des résidences universitaires à Constantine, l’Assemblée populaire de wilaya (APW) est revenue à la charge avec un rapport choquant. Lors de la session tenue en fin de semaine dernière, la commission de l’enseignement supérieur a révélé des faits accablants sur l’état catastrophique des cités universitaires et les conditions inacceptables dans lesquelles vivent les étudiants chaque année.

Le président de la commission Boubakeur Benhamouda affirme que la situation dans ces «dortoirs» est tellement grave, nécessitant l’intervention urgente des autorités compétentes.

Ces sites ont été même qualifiés de «zones d’ombre au sein des universités». «Nous avons été heurtés par l’état des infrastructures lorsque nous avons visité les lieux. Ces établissements peuvent être qualifiés par tous les noms, sauf de cités universitaires. Les conditions des résidents sont pénibles, c’est honteux», a-t-il déclaré à El Watan, en illustrant la gravité de l’état des lieux par des photos choquantes prises par la commission.

Dans le but de tout dévoiler aux pouvoirs publics, la commission a également diffusé une vidéo à couper le souffle sur plusieurs cités U à Constantine, pointant du doigt la gestion des directeurs des œuvres universitaires, qualifiée de désastreuse. «Informer les citoyens et les autorités concernées sur ces conditions avec des preuves palpables devient la seule solution pour faire changer les choses», a souligné notre interlocuteur.

Ce qui est inadmissible, et selon le rapport de la commission de l’APW, la Direction des œuvres universitaires (DOU) de Aïn El Bey est dotée d’un total de 19 résidences, dont 7 sont bien aménagées et équipées, mais qui restent toujours fermées et inexploitées.

La capacité de ces sept infrastructures est de 14 000 lits. Pourquoi donc ne pas les ouvrir aux étudiants des autres cités, qui connaissent une dégradation affligeante ? Ce n’est pas tout.

M. Benhamouda a dénoncé les obstacles rencontrés par les membres de la commission lorsqu’ils ont voulu visiter certaines cités. «Un des directeurs de ces établissements n’a pas voulu me laisser entrer pour lever le rideau sur l’état catastrophique de sa cité», a-t-il affirmé.

Vingt ans après, toujours pas de gaz

Les problèmes soulevés dans plusieurs de ces résidences sont multiples, à savoir la dégradation de la structure, les infiltrations d’eau, les problèmes d’étanchéité, d’électricité, de chauffage et de service de restauration, sans parler des conditions d’hygiène. Il a cité à titre d’exemple les résidences du 8 novembre 1971, connue par «El Firma», Mahmoud Mentouri, Aïcha Oum El Mouminine (appelée également 2000 lits), situées à Constantine et Lalla Fatma N’soumer à Ali Mendjeli.

Cette dernière n’est pas encore alimentée en gaz. «Environ 20 ans après la réalisation de cette résidence, 1200 étudiantes utilisent toujours les bouteille de gaz butane. Je me demande pour quelle raison la direction n’a pas consacré un budget pour raccorder l’établissement, sachant que les directions bénéficient annuellement de sommes colossales. Rien ne va plus dans la gestion de ces cités», a dénoncé Benhamouda.

Malgré toutes ces défaillances constatées, les trois responsables des directions des œuvres universitaires de Constantine Centre, Aïn El Bey et El Khroub ont avancé comme justification le manque de financement.

Une explication pas convaincante pour la commission de l’APW qui a demandé des comptes-rendus sur les dépenses des budgets faramineux octroyés pour la réhabilitation de certaines de cités U. «La wilaya de Constantine a bénéficié d’un budget décentralisé estimé à 105 milliards de centimes, entre 2012 et 2013, pour la réhabilitation de certaines résidences. Plus de 95 % de l’enveloppe ont été consommés, au moment où le taux d’avancement des travaux n’a pas dépassé 8%. De graves dépassements ont été enregistrés et nous avons toutes les preuves palpables», avoue le président de la commission de l’APW. Ce dernier poursuit que le SG de la wilaya affirme avoir reçu des rapports détaillés sur les problèmes existants.

Qu’y a-t-il exactement ? Qui est le premier responsable de cet état des lieux inacceptable ? Comment ces budgets ont été consommés, au moment où des milliers d’étudiants venant des autres wilayas vivent le calvaire durant tout leur cursus ? «Je vous donne également l’exemple de la cité 2000 lits, cette dernière a été fermée suite à un coup de téléphone en 2015. L’on a même voulu la démolir. Pis encore, après sa fermeture, l’établissement avait continué à recevoir annuellement son budget de gestion et il n’a été rouvert qu’en 2019 ! De nouveaux équipements ont été installés à l’intérieur, sans connaître le sort de l’ancien matériel. Il n’y a aucune décharge sur la traçabilité des équipements», a-t-il dénoncé.

Une enquête et des interrogations

Il est nécessaire de rappeler que l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tayeb Bouzid, avait annoncé l’ouverture d’une enquête sur la gestion des différentes DOU à l’échelle nationale. Lors de sa visite dans la wilaya de Constantine en juillet 2019, il avait été abordé par les étudiants à l’université les Frères Mentouri (Constantine 1).

Ces derniers l’avaient interpellé sur l’état catastrophique des cités universitaires, affirmant que les lieux sont dépourvus de toutes les commodités et se trouvent dans un état déplorable à tous les niveaux, notamment la restauration et l’hygiène.

A cet effet, le ministre avait promis «un changement radical des services assurés par les directions des œuvres sociales (DOU)». «Nous sommes en train d’établir une évaluation du rendement de chaque direction, afin d’améliorer le service pour l’année universitaire prochaine. Le directeur qui n’a pas donné satisfactions sera appelé à quitter l’établissement», avait-il annoncé.

La commission de l’APW de Constantin a fourni un ensemble de recommandations, dont la fermeture pure et simple desdites cités U pour une véritable opération de réhabilitation, l’ouverture des sept résidences fermées, la réhabilitation de la résidence Aïcha Oum El Mouminine (2000 lits) et l’établissement d’une nouvelle stratégie d’indépendance et d’autofinancement des DOU.

«Il est temps de penser à un tourisme scientifique, ces cités U doivent être exploitées durant les vacances pour rapporter de nouvelles recettes», a conclu la commission de l’APW. À noter que la wilaya de Constantine ce 25 résidences pour un total de 33 494 étudiants. Il existe 16 infrastructures pour étudiantes d’une capacité de 29 535 lits et 9 établissements pour étudiants d’une capacité de 15 998 lits.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!