Des rencontres scientifiques sur le mouvement populaire | El Watan
toggle menu
mercredi, 21 août, 2019
  • thumbnail of elwatan20190821



  • Pub Alliance Assurance


Université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou

Des rencontres scientifiques sur le mouvement populaire

17 juillet 2019 à 9 h 00 min

Le mouvement populaire enclenché, à l’échelle nationale, le 22 février dernier, pour le départ du système inspire plusieurs universitaires qui veulent plancher sur cet extraordinaire élan de mobilisation inédit dans l’histoire de l’Algérie indépendante. Des rencontres scientifiques sont ainsi au programme au niveau de l’université Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou (UMMTO), dès la rentrée universitaire prochaine.

D’ailleurs, le département de lettres et langue françaises de l’UMMTO prévoit, d’ores et déjà, l’organisation d’un colloque national sur «le mouvement populaire algérien «connecté»». Il s’agit d’une manifestation scientifique qui aura lieu les 6 et 7 octobre prochain. Les intervenants essayeront d’aborder, selon les organisateurs, la complexité des dispositifs communicatifs et la pluralité des voix autour du mouvement, les effets du hirak sur le débat public (fake-news, intox, opinion, polémiques).

Il sera question aussi de parler, lors de ce rendez-vous, de l’engagement éthique et déontologique des médias face au mouvement. Les facteurs émotionnels des discours seront aussi au centre des débats à l’occasion de ce colloque tout comme la représentation du mouvement par le discours artistique et humoristique (chansons et caricatures, partage de photos et vidéos sur les réseaux sociaux).

Au niveau de la faculté des sciences humaines et sociales de l’UMMTO, la section des sciences de l’information et de la communication organisera aussi une journée d’étude intitulée «La femme algérienne dans le hirak du 22/02/2019. Approche et analyse». Cette rencontre se tiendra le 10 octobre prochain, à l’auditorium du campus universitaire de Tamda.

Selon le professeur Messaouda Larit, présidente du comité scientifique de cette journée d’étude, l’objectif de ce rendez-vous scientifique est de traiter le phénomène sur plusieurs angles tout en prenant en considération les aspects politique, social, culturel, juridique, littéraire. Il s’agit aussi, selon la même universitaire, de parler du statut de la femme et sa position sociale et politique dans l’après-hirak. «La présence de la femme algérienne et sa participation au mouvement populaire du 22 février 2019 pour le changement du système en place, est un phénomène qui a marqué les esprits, aussi bien sur le plan national qu’international.

En effet, nous avons observé la participation de femmes de différents âges, de secteurs d’activité, de sensibilités et d’orientations, aux premiers rangs des manifestations, aux côtés des hommes. Sa participation a été caractérisée, majoritairement, par des revendications tout à fait éloignées du sectarisme, montrant ainsi sa maturation politique. La femme algérienne a brandi tout au long de cet événement des slogans divers, produisant ainsi des discours qui ont donné de la profondeur aux orientations de ce mouvement populaire.

Sa présence dans l’espace public et l’expression de ses opinions dans le débat public est un pas énorme vers l’enracinement des valeurs de la citoyenneté, de la démocratie et de l’égalité dans les droits et les devoirs», lit-on dans l’argumentaire de cette journée d’étude. Par ailleurs, en plus des rencontres scientifiques sur le mouvement populaire, l’université de Tizi Ouzou abritera aussi, les 13, 14 et 15 octobre prochain le premier colloque international sur «La chanson kabyle et berbère : une quête identitaire et revendicative permanente» qui sera organisé par le département de langue et culture amazighes.

«Nous espérons, via cette manifestation scientifique, saisir l’ensemble du phénomène de la chanson berbère – et plus particulièrement du chant engagé dans le domaine culturel et qui a pour terrain privilégié la quête de l’identité dans ses évolutions. Cette dernière notion trouve sa très riche signification à la croisée de plusieurs disciplines : la sociologie, l’anthropologie, la littérature, l’art, les sciences du langage, l’imaginaire. Nous tenterons d’élucider le rapport chanson/ identité, dans sa dynamique historique et ses variations.

La chanson n’est pas uniquement une confession (simple et non déguisée) de l’être ou de l’âme en quête de son identité, aux différents moments de son histoire, mais également une stratégie langagière et discursive dont une société et un peuple ont besoin pour communiquer une tradition, un savoir et un imaginaire. La chanson berbère, qui fait partie intégrante de la littérature de l’identité, ce discours simple dessine avec précision les contours d’une identité culturelle en évolution, qui se veut à la fois réelle et revendicative.

La rencontre des chercheurs spécialistes du berbère et de la chanson pourrait mettre en évidence, d’une part plusieurs aspects de l’identité chantée en berbère et, d’autre part, valoriser le langage poétique et rimé qui contribue à la reconstruction, permanente et en devenir, d’une identité, à la fois individuelle et culturelle», précise le Pr Hassina Kherdouci, présidente de ce colloque.

Par ailleurs, pour traiter, de manière scientifique, les questions de l’actualité nationale, la Faculté des sciences économiques de l’UMMTO prévoit l’organisation d’un colloque international sous le thème : «Le financement non conventionnel en Algérie : origine, impacts et alternatives». Cette rencontre qui sera organisée par l’équipe monnaie- finance-banque, sous la direction du Pr Chabha Bouzar, aura lieu les 27 et 28 novembre prochain.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!