Des étudiants subsahariens invités à partager le f’tour avec des familles algériennes | El Watan
toggle menu
jeudi, 06 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan04042021




«FTOOR EN FAMILLE», LA BELLE INITIATIVE DE L’ASSOCIATION «CARREFOUR CADENKOSO»

Des étudiants subsahariens invités à partager le f’tour avec des familles algériennes

14 avril 2021 à 10 h 45 min

Mettre en relation des familles algériennes et des étudiants subsahariens le temps d’un f’tour : c’est l’idée ingénieuse qu’a lancée l’association «Carrefour Cadenkoso», une organisation créée à Alger en 2019, et qui regroupe des étudiants du continent africain qui poursuivent leur cursus universitaire dans notre pays. Baptisée «Ftoor en famille», l’opération consiste à inciter des familles algériennes à accueillir chez elles, pour le repas de la rupture du jeûne, un ou plusieurs étudiants subsahariens.

Cette initiative a le mérite d’offrir un peu de réconfort et de chaleur familiale, dans un esprit de partage et de convivialité, à nos amis étudiants originaires de l’Afrique subsaharienne qui sont restés trop longtemps loin de chez eux du fait de la pandémie et de la fermeture des frontières.

C’est par ailleurs une opportunité pour nos compatriotes de mieux se familiariser avec le quotidien de ces étudiants et de découvrir, à travers eux, la culture de leurs pays respectifs. «A l’occasion du mois sacré de Ramadan, Carrefour Cadenkoso, collectif des étudiants africains en Algérie, avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lance l’initiative Ftoor en famille. Cette initiative a pour objectif de permettre aux familles algériennes et aux étudiants africains de passer le repas sacré de Ramadan ensemble» peut-on lire dans un flyer réalisé par l’association pour cet événement.

Et de lancer cet appel : «Nous invitons les institutions et les bonnes volontés à nous accompagner dans ce challenge.» L’association a pris soin de mettre à la disposition des personnes et des familles souhaitant inviter un ou plusieurs étudiants à rompre le jeûne avec elles, un numéro de téléphone : 07 75 04 40 49. Un autre numéro a été mis à la disposition des sponsors : 06 98 66 02 67.

Par ailleurs, une page «événement» a été créée sur Facebook sous le titre «Ftoor en famille».

On peut également joindre l’association via sa page Facebook (https://www.facebook.com/cadenkoso/).

«Renaissance»

Moussa Sissoko, doctorant en biologie des maladies infectieuses à l’université de Bab Ezzouar, est l’un des fondateurs et l’un des membres les plus actifs de l’association Codenkoso (mot qui signifie «renaissance» en malinké, nous expliquera-t-il). Pour tout dire, c’est lui qui a eu l’idée de cette louable initiative. Originaire du Mali, Moussa vit en Algérie depuis bientôt dix ans, un pays qu’il considère plus qu’une terre d’accueil. «L’Algérie, c’est ma deuxième famille» répète-t-il avec beaucoup d’affection. D’après Moussa, il y a environs «30 000 étudiants issus de plus de 45 nationalités africaines» qui poursuivent leurs études en Algérie.

Le jeune chercheur précise que ce chiffre inclut les étudiants boursiers et non boursiers, ceux qui viennent par leurs propres moyens étudier en Algérie. Comment l’idée a germé dans son esprit ? «Je me suis dit pourquoi on n’essaie pas, vu que le ramadhan est un mois de partage, un mois d’amour, de générosité et de convivialité, de créer un rapprochement entre les familles algériennes et ces étudiants. Qui plus est, cela fait presque deux ans qu’ils ne sont pas rentrés chez eux et n’ont pas vu leurs familles.

Psychologiquement, cela pèse sur eux, et cela se ressent même au niveau de leurs résultats.» Pour Moussa, cette initiative «va permettre aux étudiants étrangers non seulement de connaître la culture culinaire algérienne, mais aussi de partager un moment chaleureux avec une famille algérienne et de sentir la générosité algérienne. Cela leur donnera la possibilité d’entrer en contact avec la vraie Algérie.

Parce que la vraie Algérie, ce n’est pas l’Algérie de la rue, ce n’est pas l’Algérie de l’université. La vraie Algérie se trouve dans la famille. Un Algérien, quand il t’ouvre sa porte, c’est pour toujours. Moi, j’aimerais à travers cette initiative que les Algériens, les familles algériennes, ouvrent leur porte à leur frère, leur fils, leur fille, africains, et ceux-ci pourront dire demain : l’Algérie est une nouvelle famille pour moi.»

Jusqu’au 10 avril dernier, 16 familles ont pris attache avec l’association, nous apprend Moussa Sissoko, et ont exprimé leur désir d’inviter des étudiants subsahariens chez elles pour le ftour du Ramadhan.

Notre interlocuteur a indiqué par ailleurs qu’une association a fait part de sa disponibilité à organiser un ftour collectif au profit d’une trentaine d’étudiants africains. «Il y a même des chefs d’entreprise qui nous ont contactés» ajoute le biologiste.

Dans la foulée, Moussa nous explique pourquoi l’association a sollicité le soutien de sponsors. «C’est parce qu’on voudrait, à la fin du ramadhan, environ une semaine après l’Aïd, inviter ces même familles qui ont accueilli des étudiants. On envisage d’organiser une réception pour partager tous ensemble un moment africain et on fêtera l’Aïd à l’africaine.»


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!