Addiara Sogodogo : Une étudiante malienne passionnée de modélisme | El Watan
toggle menu
samedi, 13 août, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Addiara Sogodogo : Une étudiante malienne passionnée de modélisme

02 juin 2021 à 10 h 05 min

Surnommée Aziza, Addiara Sogodogo est une étudiante malienne qui a su conquérir le cœur de tous ceux qui l’ont connue en Algérie.

Ayant bénéficié d’une bourse d’études à la faculté des langues étrangères de l’université d’Alger 2 (Bouzaréah), Addiara est parvenue cette année à s’inscrire en 2e année master, en sciences du langage à la même faculté.

Elle raconte qu’à son arrivée en Algérie, elle a commencé son parcours par une formation en langue française obligatoire de 6 mois, à Annaba. «J’ai fait mes études au Mali dans la filière langue et littérature.

On m’a accordé une bourse d’études en Algérie parce que j’ai décroché mon bac avec de très bonnes notes. Je continue de le faire d’ailleurs à l’université, ici à Alger», explique fièrement l’étudiante malienne. En effet, une fois ses études en 1re année licence entamées, Addiara s’est toujours classée parmi les meilleurs de sa classe, bien qu’elle ait déjà à sa charge l’éducation d’un enfant en bas âge né de son union avec un Algérien.

Parallèlement à ses études, la jeune Malienne, passionnée de mode, s’est également lancée dans une activité qu’elle adore depuis longtemps, à savoir la confection des vêtements et le modélisme. «J’ai créé une page Facebook Addiara’s World  ( https://web.facebook.com/Adiarrass-World-104403531444750 ) dédiée à la confection des vêtements, car j’ai toujours été intéressée par tout ce qui est habit et accessoire.

Résidant dans un pays étranger, les choses ont été beaucoup plus faciles pour se lancer dans cette activité, d’autant que j’ai remarqué que j’attirais l’attention de beaucoup de gens lorsque je sors, à Alger, habillée de tenues africaines», ajoute Addiara, en précisant que les tissus qu’elle utilise dans la confection des vêtements ne sont pas fabriqués en Afrique, comme le waxa, un tissu typiquement africain, mais importé de Belgique. «Nous avons un tissu 100% malien qui est le bogolan, fabriqué et teinté au Mali et très prisé aujourd’hui par les stylistes et la monde.»

Pour elle, les stylistes algériens ne donnent pas trop d’importance à leurs traditions et sont beaucoup plus attirés par la mode européenne. Elle assure que les Maliens sont bien plus attachés à leur culture et font tout pour valoriser leurs habits traditionnels, chaque fois que l’occasion se présente.

Elle estime que les Algériens sont très réceptifs par rapport à ce qu’elle propose comme articles maliens et dit avoir été plus motivée durant le confinement. «J’avais beaucoup d’idées, mais je n’arrivais pas à les concrétiser. Je consacrais beaucoup de temps à mes études et à mon mémoire de master, mais j’ai tout de même réussi à lancer un travail conjointement avec des artisans maliens», ajoute-t-elle.

Elle vient ainsi de lancer une nouvelle collection de tenues subsahariennes ou africaines qui sont disponibles sur sa page facebook : ( https://web.facebook.com/Adiarrass-World-104403531444750)

En matière d’exposition, Addiarra affirme qu’elle a exposé à plusieurs reprises avec des exposants et artistes sénégalais et maliens, tout en travaillant comme assistante de vente dans une exposition. C’est ce qui lui a, d’ailleurs, permis d’acquérir l’expérience nécessaire dans l’organisation des expos, la plus récente étant celle organisée à l’occasion de la journée internationale de la femme où elle a tenu à mettre en valeur les tissus africains représentés sur des habits de style africain. «J’ai même réussi à apporter un aspect moderne sur quelques tenues africaines, mais aussi une touche africaine sur des vêtements de style européen en introduisant le waxa et le bogolan», explique encore l’étudiante.

Pour elle, sans l’appui, la compréhension et l’encouragement de son mari et de sa famille, il lui aurait été très difficile d’avancer dans ce domaine : «Mon mari me soutient et m’encourage à donner le mieux que j’ai en tant qu’épouse, maman, étudiante et modéliste», dit-elle.

Et de conclure : «Mon souhait est de pouvoir impliquer le public dans mes projets pour lui faire découvrir les traditions africaines et mettre en valeur nos us et coutumes à travers des émissions télévisées de jeux et de quiz.»


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!