Les news | El Watan
toggle menu
mardi, 11 mai, 2021
  • thumbnail of elwatan10052021




Les news

04 mai 2021 à 10 h 05 min

Les Etats-Unis enquêtent sur Volkswagen

Fin mars, Volkswagen confirme un changement de nom aux Etats-Unis. Un changement qui était en fait un canular, mais qui a bien profité au cours de l’action du groupe en Bourse. Le gendarme américain, responsable de la régulation des titres, va enquêter sur la mauvaise blague allemande.
Si vous n’avez pas suivi l’histoire rocambolesque du poisson d’avril (volontairement ?) raté de Volkswagen, voici une piqûre de rappel. Quelques jours avant le premier avril, une rumeur annonce que Volkswagen devient «Voltswagen» aux Etats-Unis, en référence à sa transition électrique. Une information rapidement confirmée par un haut responsable de la filiale américaine, avant que, deux ou trois jours plus tard, la marque ne se ravise en annonçant que tout ceci n’était qu’un poisson d’avril. Un poisson un peu pourri. L’annonce a eu un effet immédiat sur le cours de l’action Volkswagen qui a pris plus de 12 % rapidement, avant de corriger par la suite. Nos confrères allemands du Der Spiegel annoncent aujourd’hui que la SEC, l’autorité de régulation américaine de la Bourse, aurait décidé d’ouvrir une enquête contre la filiale américaine de Volkswagen. Une information qui n’a pas été réellement confirmée par VW, la maison-mère allemande se contentant de confirmer que la branche américaine collabore effectivement avec la SEC qui a demandé certaines informations. Rappelons que c’était également la SEC qui s’en était mêlé lorsque les Tweets d’Elon Musk avaient fait fortement varier le cours de l’action Tesla.

Conduite autonome grandeur nature

Pour l’instant, la législation européenne est à peu près claire : la voiture ne peut pas être totalement autonome, et les aides à la conduite doivent rester des assistants, obligeant le conducteur à garder ses mains sur le volant. Nous sommes encore loin du degré parfois très élevé de liberté que l’on peut observer dans certains Etats américains, mais l’Angleterre devrait autoriser dès cette année la circulation de véhicules autonomes sur voie rapide, sans que le conducteur n’ait à tenir le volant ou contrôler le véhicule. Concrètement, cela permettra de faire circuler des véhicules autonomes sur autoroutes et voies rapides «peu denses» jusqu’à une vitesse de 60 km/h. C’est peu, mais ce sont là les prémices de la circulation réellement sans intervention du conducteur. Les débuts se feront donc dans des conditions parfaites : vitesse faible, peu de circulation, et peu ou pas de virages, avec des marquages au sol bien visibles. La seule interrogation reste le délai entre le moment où la machine fait défaut et le moment où l’homme doit reprendre le contrôle. Un temps de réaction qui pourrait être fatal, plus tard, dans certains cas à la voiture autonome, mais ce type d’initiative a justement l’objectif d’y aller en douceur. Mais aussi de créer de l’emploi : le ministère anglais des Transports estime que cela pourrait engendrer la création de 38 000 postes à long terme.


Advertisements


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!