Une si lointaine paix | El Watan
toggle menu
lundi, 26 septembre, 2022
  • thumbnail of elwatan10072021

Une si lointaine paix

15 juin 2021 à 10 h 00 min

Depuis sa création en 1948, jamais Israël n’a eu un gouvernement aussi hétérogène.

Entré en fonction hier, il regroupe des formations allant de la gauche à l’extrême droite, tout cela saupoudré d’un parti… islamiste palestinien. Comme quoi, l’islamisme n’a pas d’état d’âme et donne la preuve qu’il est prêt à s’allier avec le diable.

Plus bizarre encore, le nouveau Premier ministre, Naftali Bennett, ancien bras droit de Netanyahu et qui prône l’annexion des 2/3 de la Cisjordanie, n’a que 6 sièges à la Knesset avec son parti Yamina.

Cette alliance de 8 partis s’est associée pour un seul objectif : se débarrasser de Benyamin Netanyahu, au pouvoir depuis 12 ans, un record de longévité, et haï par la majorité des Israéliens.

Au point que des manifestations populaires ont eu lieu à Tel-Aviv et Jérusalem pour fêter l’événement. Mais l’ancien Premier ministre ne s’avoue pas vaincu, il est convaincu que la nouvelle équipe gouvernementale ne tiendra pas la route. «Je reviendrai bientôt», a-t-il promis. Dans le cas contraire, la justice l’attend pour son implication dans plusieurs affaires de corruption.

Ne bénéficiant plus de l’immunité que lui procurait sa fonction, il risque jusqu’à 10 ans de prison. Effectivement, la nouvelle coalition peut éclater rapidement, tant les divergences opposent ses membres.

S’ils peuvent s’entendre sur les problèmes économiques, la question des colonies de peuplement et les discussions israélo-palestiniennes, rompues depuis 2014 par la volonté de Netanyahu et de son parti le Likoud, seront les principaux points d’achoppement. Un test attend la nouvelle équipe : l’extrême droite israélienne a annoncé son intention de manifester aujourd’hui sur l’Esplanade des Mosquées à Jérusalem.

La manifestation va-t-elle être interdite ? On voit mal Bennett s’opposer de front à sa famille politique, ce qui provoquerait les premiers couacs de cette alliance contre-nature, surtout que les Palestiniens n’accepteront jamais cette nouvelle provocation.

D’autant que le Hamas a décidé de s’opposer fermement à la manifestation. Le retour à la violence, voire la guerre, n’est plus à écarter. L’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas a choisi de ne pas mettre de l’huile sur le feu. Dans une manière indirecte de tendre la main à la nouvelle administration, elle a estimé que l’effacement du chef du Likoud constitue «la fin d’une des pires périodes du conflit».

Il faut dire que Netanyahu est un va-t-en-guerre sans pitié et qui n’hésite pas à envoyer son aviation bombarder les écoles et les hôpitaux, massacrer femmes et enfants en toute impunité.

Malheureusement, rien ne dit que le nouveau gouvernement a de meilleurs sentiments à l’égard des Palestiniens et qu’il pourrait ouvrir la voie à des négociations de paix.

Seul espoir : que le nouveau locataire de la Maison-Blanche efface les dégâts faits par Donald Trump, lequel a été un pyromane hors pair et un inconditionnel d’Israël, piétinant toute idée de justice et de paix. Un héritage horrible que doit gérer Joe Biden sur lequel reposent de grands espoirs. Tout en restant un grand ami d’Israël, il n’a pas les tendances fascisantes et inhumaines de son prédécesseur. Cela ne veut pas dire que la paix est pour demain.


S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Se souvenir de moi
Mot de passe perdu?
S'IDENTIFIER S'INSCRIRE
Registration confirmation will be emailed to you.
Password Reset Registration
Login
Do NOT follow this link or you will be banned from the site!